Un Belge se trouve parmi le groupe de cinq membres de Médecins sans Frontières (MSF) enlevé jeudi en Syrie, selon une information transmise par l'organisation aux Affaires étrangères. Les cinq collaborateurs de l'ONG ont été emmenés par un groupe encore inconnu, alors qu'ils se trouvaient dans une maison de MSF située dans le nord de la Syrie. Ils ont probablement été emmenés pour être interrogés.

"MSF est en contact avec tous les acteurs appropriés ainsi qu'avec les familles de ses collègues et fait tout ce qui est possible pour rétablir un contact", déclare l'organisation, qui se refuse à donner d'autres informations "pour la sécurité de ses collègues". Médecins sans Frontières avait demandé la confidentialité sur cette information mais elle a entre-temps été rendue publique. Le ministre Didier Reynders a reçu l'information, qui est encore au conditionnel, vers 17H30 à Beyrouth (16H30 à Bruxelles) où il se trouve en mission.

"Nous avons mis les Affaires étrangères à disposition, informé le Parquet fédéral conformément à la loi et averti le conseiller diplomatique du Premier ministre", a indiqué M. Reynders.

Une première réunion de crise a été organisée aux Affaires étrangères à Bruxelles ainsi que chez MSF.

Selon les informations dont dispose le ministre, "il y aurait eu un incident avec un groupe dont plusieurs expatriés et seuls ceux-ci ont finalement été retenus". Parmi les autres expatriés, il y aurait un Suisse, un Suédois, un Danois et un Péruvien qui pourrait lui aussi avoir un lien avec la Belgique.

Plusieurs médecins et infirmiers belges travaillent régulièrement dans le nord de la Syrie, pour des missions courtes.

MSF dispose de six hopitaux et de quatre centres de santé dans le nord de la Syrie, une région livrée à une multitude de groupes rebelles qui s'opposent aux forces de Bachar Al-Assad. Les grands médias internationaux ont renoncé pour le moment à envoyer des journalistes non syriens dans cette région, jugée trop dangereuse.

Le 5 septembre dernier, un Syrien, travaillant pour MSF, avait été tué hors de son lieu de travail.