Un député russe, membre de la commission d'enquête parlementaire sur la prise d'otages de Beslan, a contesté dans un rapport publié lundi la version officielle selon laquelle l'assaut des forces russes était une réponse à des explosions dues aux bombes des terroristes.

Selon la version des autorités, l'assaut contre l'école a été lancé après deux explosions de bombes installées par les terroristes dans le gymnase où étaient détenus la majorité des 1.127 otages.

Mais dans son rapport indépendant publié sur le site www.pravdabeslana.ru et dont des extraits ont été publiés par l'hebdomadaire d'opposition Novaïa Gazeta, le député Iouri Saveliev affirme que les deux explosions dans le gymnase avaient été provoquées par "des tirs de grenades" depuis l'extérieur.

Le rapport de M. Saveliev, député du parti nationaliste Rodina, physicien et expert en explosions, s'appuie sur une analyse technique des destructions du bâtiment de l'école.

Sa publication intervient à la veille du deuxième anniversaire de la tragédie qui a duré du 1 au 3 septembre 2004, alors que le rapport officiel de la commission d'enquête parlementaire n'a toujours pas été publié.

"Aucune des versions officielles n'est prouvée par la science. (...) Les destructions du gymnase après les premières explosions ont été causées par une grenade lancée avec un système de lance-grenade approprié", a affirmé le député dans une interview à Novaïa Gazeta.

"Cela pouvait être un tir accidentel ou un tir dont l'ordre avait été donné", a par ailleurs déclaré M. Saveliev à la radio Echo de Moscou, ajoutant avec prudence que ces tirs pouvaient provenir "des forces de sécurité" ou "de complices des terroristes" postés dehors, alors même que la zone était bouclée.

Après ces premiers tirs, les terroristes "ont fait sortir entre 300 et 310 otages du gymnase et les ont transférés dans l'aile sud de l'école", poursuit M. Saveliev dans son rapport.

Mais la possibilité d'un tel déplacement "n'a pas été prise en considération par les forces fédérales" et l'aile sud du bâtiment "a essuyé des tirs massifs de tous les types d'armes en possession des forces fédérales", estime-t-il. Les forces fédérales ont notamment utilisé "des armes automatiques, des lance-grenades et des chars", affirme le député.

"Entre 106 et 110 personnes ont été tuées dans l'aile sud de l'école", alors qu'entre "112 et 116 corps d'otages ont été découverts dans le gymnase" après l'assaut, écrit M. Saveliev, laissant entendre qu'une partie des victimes ont pu être tuées par les tirs des forces fédérales russes.

La prise d'otages de Beslan, perpétrée par un commando pro-tchétchène qui réclamait le retrait des forces russes de Tchétchénie, s'est soldée par la mort de 331 personnes, dont 186 enfants, plus la mort de 31 des 32 terroristes.