International Christophe Chalençon fait partie des "gilets jaunes" qui ont rencontré le vice-premier ministre italien Luigi di Maio.

Interviewé par une chaîne de télévision italienne, Christophe Chalençon a tenu des propos forts qui ne sont pas passés inaperçus chez nos voisins français. En effet, ce dernier, filmé en caméra cachée, explique que "la France est à la limite de la guerre civile". Cette figure des "gilets jaunes" dans le Vaucluse va plus loin encore, affirmant que sa propre vie est en danger mais déclarant vouloir continuer pour ses "convictions". "Je sais que je risque beaucoup, je peux me prendre une balle dans la tête à n'importe quel moment, mais j'en n'ai rien à foutre", ajoute-t-il.

"S'ils m'abattent, Macron est mort aussi, le peuple entre dans l'Elysée et il démonte tout, affirme le "gilet jaune". S'ils en touchent un, on a des gens, des paramilitaires qui sont prêts à intervenir parce qu'ils veulent aussi faire tomber le pouvoir".

Le ministre français de l'Intérieur a immédiatement réagi à ces propos. Sur son compte Twitter, Christophe Castaner a ainsi dénoncé "une comédie à l'italienne", balayant toute possibilité de coup d'Etat militaire.