International Ce pionnier du djihad en Syrie avait exécuté un otage qui n’avait pu payer sa rançon.

"Devine ! Aujourd’hui, j’ai tué quelqu’un." Lorsque, le 14 janvier 2013, Hakim Elouassaki fait cette confidence à sa petite amie restée à Vilvorde, il ne sait pas que son téléphone est sur écoute. Il ignore sans doute aussi qu’il quittera un jour la Syrie, où, comme d’autres membres de Sharia4Belgium, il a rejoint très tôt des groupes djihadistes. (...)