La police danoise a affirmé samedi soir qu'il y avait un seul assaillant, et non deux, contre les participants à un débat sur l'islamisme et la liberté d'expression, et a diffusé une photo de cet homme qui a tué une personne.

La photo, diffusée via un communiqué publié sur internet, montre un homme vêtu d'une doudoune foncée et d'un bonnet ou une cagoule bordeaux, qui porte un sac noir. Elle a été prise en fin d'après-midi, alors que la nuit tombait, peu après que l'homme a abandonné la voiture à bord de laquelle il s'était enfui. Il semblait se trouver alors sur un parking.

"Les premiers témoignages indiquent qu'il n'y avait qu'un auteur", a précisé la police.

Un peu plus tôt dans la soirée, elle avait annoncé rechercher un "homme, entre 25 et 30 ans, d'environ 1,85 m, athlétique, d'apparence arabe, (...) les cheveux lisses", armé d'un "pistolet-mitrailleur noir". La police danoise est coutumière de descriptions faisant polémique. Dans le passé, elle a parlé de pickpockets "d'apparence tsigane".


L'attaque visait Lars Vilks qui avait caricaturé Mahomet

"Le Danemark a été touché aujourd'hui par un acte de violence cynique. Tout porte à croire que la fusillade était un attentat politique et de ce fait un acte terroriste", a déclaré la Première ministre dans un communiqué. "Tout le Danemark est en état d'alerte".

Des dizaines de coups de feu ont été tirés samedi après-midi dans la capitale du Danemark, contre un bâtiment qui accueillait un débat auquel participaient Lars Vilks, le dessinateur suédois menacé de mort après avoir réalisé des caricatures de Mahomet en 2007, ainsi que l'ambassadeur de France François Zimeray. Trois policiers qui tentaient de protéger les lieux depuis la rue ont été légèrement blessés durant l'attaque.

"Ils nous ont tiré dessus de l'extérieur. C'était la même intention que Charlie Hebdo sauf qu'ils n'ont pas réussi à entrer", a déclaré à l'AFP l'ambassadeur François Zimeray, joint alors qu'il se trouvait encore sur les lieux.

Trois policiers ont été blessés dans la rue en tentant de protéger les lieux, ont indiqué les médias danois, citant des témoins de la scène. Selon le journaliste Mathias Valsgaard, un homme d'environ 40 ans est décédé.


"Intuitivement je dirais qu'il y a eu au moins 50 coups de feu, et les policiers ici nous disent 200. Des balles sont passées à travers les portes et tout le monde s'est jeté à terre", a poursuivi l'ambassadeur français.

"Il y avait plusieurs dizaines de personnes" dans la salle, a écrit sur Twitter une militante de Femen qui assistait au débat, Inna Shevchenko.

M. Vilks s'est caché dans une chambre froide avec une des organisatrices du meeting dès les premiers coups de feu, avant d'être évacué par la police. L'événement avait lieu sous protection policière, des agents étant placés à l'entrée et les spectateurs devant passer par un portique détecteur de métal à l'entrée, selon des témoins.

Les services de renseignement (PET) ont indiqué que l'attaque était "planifiée". 

L'artiste suédois Lars Vilks était la cible visée par les tireurs lors de l'attaque contre un bâtiment de Copenhague. Depuis ses caricatures ridiculisant le prophète Mahomet, il vivait sous protection policière.