International

Les allégations de corruption, même limitées à un petit nombre de députés, cela ternit l’image d’une assemblée. Soucieux de sa réputation, le Parlement européen s’est doté d’un "code de conduite" qui protègera, dès le 1er janvier 2012, les parlementaires de tout conflit d’intérêts. Ce code impose de refuser tout don d’une valeur supérieure à 150 euros et de signaler toute activité rémunérée menée durant leur mandat, y compris les activités d’écriture, de conférence et de conseil, même occasionnelle, si la rémunération excède 5 000 euros par an. Les élus s’interdisent de recevoir des versements ou d’autres récompenses pour influencer les décisions parlementaires. Les élus auront l’obligation de déclarer, publiquement et en ligne, toute activité professionnelle menée au cours des trois années qui ont précédé leur élection, ainsi que toute participation au conseil d’administration d’entreprises, d’ONG et/ou d’associations durant cette période, ou dans l’exercice de leur fonction actuelle. Un Comité consultatif répondra à leurs interrogations et conseillera le Président sur les sanctions à prendre en cas de manquement. L’adoption de ce code de conduite a été saluée par Alter-EU et Transparency International. Les deux organisations non gouvernementales qui traquent la corruption et les activités des lobbies dans les institutions de l’Union européenne ont toutefois averti qu’elles veilleraient à sa stricte application. (D’après AFP)