Des eurodéputés ont lancé jeudi une campagne de lutte contre la violence envers les femmes, un fléau qui touche une femme sur quatre en Europe, selon le Belge Marc Tarabella (PS), l'un des parrains de cette action. Ils demandent notamment de décréter une année européenne de lutte contre ces violences. La campagne a été lancée jeudi au Parlement européen, où une conférence a permis aux victimes, associations et politiques de confronter leurs opinions. Karima Safia, présidente de l'association Insoumise et dévoilée, a notamment fait part de son expérience quotidienne d'aide aux femmes battues et regretté le manque de soutien du pouvoir politique.

Plusieurs intervenants ont insisté sur la nécessité d'adopter une directive, afin d'élever le niveau de protection juridique des femmes dans tous les Etats membres. Car si l'Espagne a mis en place un système judiciaire cité en exemple, de nombreux autres pays restent peu équipés pour affronter le problème. "Nous sommes au 21e siècle, mais nous nous comportons encore comme des sauvages. Nous vivons depuis 60 ans sans guerre, mais la guerre est dans nos foyers. (...) Il faut une directive européenne, parce dans certaines cultures, la violence contre les femmes n'est toujours pas considérée comme un crime", a affirmé la députée libérale bulgare Antonyia Parvanova.