International

Manuel Valls a de nouveau déclaré lundi que la France "ne (voulait) pas" le départ des juifs de France en Israël et a critiqué, comme après les attentats de Paris en janvier, les déclarations du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu exhortant les juifs européen à émigrer en Israël.

"Mon message aux Français juifs est le suivant: la France est blessée comme vous, et la France ne veut pas votre départ. Elle vous dit une nouvelle fois son amour, son soutien et sa solidarité. Cet amour est bien plus fort que les actes de haine, fussent-ils répétés. Je regrette d'ailleurs les propos de Benjamin Netanyahu. Quand on est en campagne électorale, ça ne veut pas dire s'autoriser n'importe quelle déclaration. La place des Français juifs, c'est la France", a déclaré le Premier ministre sur RTL.

Le Premier ministre, Manuel Valls, a par ailleurs assuré que le plan Vigipirate serait prolongé "autant que nécessaire, tant que la menace (terroriste) reste élevée".

"Il faut dire la vérité aux Français (...) Il faut s'habituer à vivre avec cette menace terroriste qui est le fruit d'organisations internationales particulièrement barbares comme Daech (organisation de l'Etat islamique) ou al-Qaida, mais aussi d'individus radicalisés sur notre sol", a-t-il ajouté.