Les vidéos ci-dessous sont poignantes. Le photographe Jérôme Sessini, 46 ans, est à Kiev en ce moment pour l'agence Magnum. Le 19 février dernier, il se trouvait sur la désormais célèbre place Maïdan, le cœur de la contestation ukrainienne. Au fur et à mesure qu'il progresse sur la place, il aperçoit un corps, puis deux... bientôt trois. Il croise des brancardiers.

Le voilà au milieu des tirs avec un autre photographe français. "Je pensais qu'ils tiraient avec des balles en plastique ou en caoutchouc. C'est seulement quand j'ai entendu les coups de feu que j'ai reconnu le bruit des balles réelles, des tirs kalachnikov", explique Jérôme Sessini, cité par Télérama. Ce spécialiste des zones de guerre, passé par le Kosovo et l'Irak, n'hésite pas une seconde. Il filme avec son appareil photo, posément, choisissant son cadre à chaque instant malgré les snipers embusqués. 

Pendant deux heures, le petit groupe restera immobile. "Je sais que le brancardier a été touché à la poitrine, mais ses camarades l'ont trainés pour l'évacuer, je n'en sais pas plus", confie encore Jérôme Sessini. Attention, les images sont impressionnantes.