Une journaliste de l’agence de presse AFX évacuée d’une des deux tours du World Trade Center a raconté mardi avoir entendu une «énorme détonation » et senti «le bâtiment trembler » avant de se précipiter dans l’escalier avec d’autres employés.

«Nous avons entendu une énorme détonation, tout le bâtiment a tremblé et des choses ont commencé à tomber du toit », a déclaré Ciara Linnane, jointe par téléphone plus d’une heure après que deux avions se soient écrasés contre les deux tours du World trade Center.

Les journalistes d’AFX qui se trouvaient au 52ème étage de l’une des deux tours, se sont aussitôt précipités dans l’escalier.

«Nous avons d’abord pensé que c’était une bombe (...) et puis nous avons entendu dans l’escalier que c’était un avion parce que des gens l’avaient vu sur CNN », a-t-elle poursuivi.

«Cela nous a pris une heure pour descendre les escaliers et quand nous sommes arrivés en bas, il y avait des pompiers qui montaient avec beaucoup d’équipements », a-t-elle dit.

«Il y avait de la fumée dans les escaliers, dans le couloir. Quand nous sommes arrivés dans le hall, il était complètement détruit, il y avait du verre et de l’eau partout », a poursuivi Ciara Linnane.

«Nous étions complètement trempés. Nous avons dû courir à travers le hall. Le bâtiment était très instable, ils pensaient qu’il allait s’effondrer », a-t-elle ajouté.

Les journalistes d’AFX ont été avacués environ une demi-heure avant que la deuxième tour, où se trouvait le bureau de la rédaction, ne s’effondre à son tour.

PANIQUE À WASHINGTON

Un témoin, le capitaine Lincoln Liebner, a vu un avion de ligne s’écraser sur le Pentagone, frappant violemment le bâtiment situé près de Washington au niveau du premier étage. «J’ai vu ce gros avion d’American Airlines arriver rapidement et à basse altitude, a-t-il déclaré. Ma première idée est que je n’en avais jamais vu si bas. J’ai réalisé ce qui se passait juste avait qu’il ne percute» le bâtiment, a noté le capitaine en précisant qu’il avait entendu des gens crier sur le lieu du drame.

Des centaines de personnes couraient mardi dans les rues de Washington, certains s’engouffrant dans les bouches du métro, après l’évacuation de bâtiments de la Maison Blanche, du Pentagone (ministère de la Défense) et du département d’Etat (ministère des Affaires étrangères).

Des touristes âgés, qui s’apprêtaient à visiter la Maison Blanche ont été éloignés de la résidence présidentielle par des policiers à pied et à moto. Plusieurs personnes se sont mises à crier en interpellant des policiers, les agents semblant eux-même peu au fait de la situation.

«Je rentre chez moi ... J’ai trop peur », lâche une jeune femme en quittant son bureau au pas de course. Des dizaines d’employés ont quitté leur bureau et stationnent dans les rues. Certains affirment que des explosions se sont produites dans plusieurs sites de la capitale fédérale et des environs.

Des camions de pompiers, sirènes hurlantes, ainsi que des voitures de police se dirigent vers la Maison Blanche. Des fumées noires s’échappent à l’arrière d’un bâtiment adjacent. Un témoin affirme avoir entendu une explosion, information non confirmée à ce stade par la police.

La Maison Blanche, le département d’Etat et le Pentagone ont été évacués moins d’une heure après un attentat contre les deux tours du World Trade Center à New York. Une explosion aurait par ailleurs été entendue dans le secteur du Capitole, siège du Congrès des Etats-Unis.

Au Pentagone, une journaliste a rapporté que deux explosions avaient secoué l’immense bâtiment, et de la fumée, filmée par les télévisions, sortait d’un mur du bâtiment.

L’aéroport international Dulles, près de Washington, a été fermé sur ordre des autorités.