La justice militaire américaine a "recommandé" jeudi le renvoi en cour martiale de Bradley Manning, accusé d'être la "taupe" de WikiLeaks, a-t-on appris auprès du commandement militaire de la région de Washington. Le lieutenant-colonel Paul Almanza, qui présidait le tribunal militaire de Fort Meade (Maryland, est) devant lequel a comparu Bradley Manning, et est chargé des investigations dans cette affaire, a "conclu que les accusations" étaient fondées et que "des motifs raisonnables laissaient croire que l'accusé avait commis les faits qui lui sont reprochés".

Il a "recommandé" que le dossier soit renvoyé devant l'autorité supérieure des cours martiales qui rendra sa décision en dernier lieu, selon un communiqué de l'armée.

Si cet ancien analyste du renseignement en Irak est renvoyé devant une cour martiale, son procès ne devrait pas avoir lieu avant le printemps. Le soldat, âgé de 24 ans, encourt l'emprisonnement à vie pour "collusion avec l'ennemi". Vingt-et-un autres chefs d'inculpation pèsent contre lui et l'avocat de la défense s'était prononcé pour l'abandon de la quasi-totalité des accusations à l'audience de décembre sur la base de Fort Meade.

Selon le communiqué, le magistrat instructeur a recommandé que les 22 chefs d'inculpation soient conservés.

Bradley Manning est accusé d'avoir transmis au site internet WikiLeaks, entre novembre 2009 et mai 2010, des documents militaires américains sur les guerres en Irak et en Afghanistan, ainsi que 260.000 dépêches diplomatiques du département d'Etat.