La France considère comme "une menace" la publication par le site WikiLeaks de 250.000 documents diplomatiques confidentiels et elle est "très solidaire de l'administration américaine", a déclaré lundi le porte-parole du gouvernement François Baroin.

"Nous sommes très solidaires de l'administration américaine sur la volonté d'éviter ce qui non seulement porte atteinte à l'autorité des Etats, à la qualité de leurs services, mais met en danger des hommes et des femmes qui ont travaillé au service du pays", a déclaré François Baroin, qui est aussi ministre du Budget, sur la radio Europe 1. Il a indiqué que le gouvernement français avait "été informé par les autorités américaines de la réalité de ces publications".

"Il faut qu'on soit très attentifs et très solidaires au niveau des Etats pour lutter contre ce qui est une menace" qui vise, selon lui, "l'autorité et la souveraineté démocratique", a-t-il insisté. "La protection des Etats, c'est quelque chose de sérieux, c'est la protection des hommes, des femmes, des citoyens", a affirmé le ministre. "Moi j'ai toujours pensé qu'une société transparente c'était une société totalitaire", a-t-il ajouté.

Le site internet Wikileaks et cinq grands journaux mondiaux ont commencé dimanche soir à publier le contenu de télégrammes ou de mémos diplomatiques, émanant de l'administration américaine. Ces documents, qui n'auraient jamais dû être révélés, montrent notamment l'inquiétude suscitée en Europe, en Israël et dans le monde arabe par le programme nucléaire iranien, soupçonné d'avoir des visées militaires.