La publication de documents diplomatiques américains sur l'Afghanistan par le site internet Wikileaks n'affectera pas les relations stratégiques entre Kaboul et Washington, a estimé lundi le porte-parole de la présidence afghane, Waheed Omer. "Cela n'aura pas d'impact sur les relations stratégiques entre les Etats-Unis et l'Afghanistan", a déclaré M. Omer lors d'une conférence de presse à Kaboul, en jugeant "malheureuse" la publication de ces documents et en précisant que ses services continuaient à étudier les dossiers.

"Nous n'avons jusqu'ici pas trouvé de choses vraiment importantes, et nous réagirons si nous en trouvons", a ajouté M. Omer.

Interrogé sur les critiques formulées à l'encontre du président Hamid Karzaï, décrit comme un "leader faible" dans l'un des câbles diplomatiques publié, M. Omer a indiqué que de tels commentaires n'étaient "pas nouveaux". "Le président continuera à faire ce qu'il pense être le meilleur pour l'Afghanistan", a-t-il indiqué, ajoutant qu'il était "trop tôt" pour en dire davantage.

WikiLeaks a révélé dimanche le contenu de 250.000 câbles diplomatiques américains, dont les premiers extraits n'apportent pas de révélations fracassantes sur l'Afghanistan.

Les plus offensifs visent le frère du président, Ahmed Wali Karzaï, décrit comme "largement corrompu et impliqué dans le trafic de drogue". Des accusations régulièrement lancées ces dernières années par des sources du renseignement et des médias américains.

Les Américains fournissent les deux tiers des soldats étrangers qui soutiennent le gouvernement du président Karzaï face à la rébellion des talibans, qui avaient été chassés du pouvoir à la fin 2001 par la coalition militaire emmenée par Washington après les attentats 11 septembre.