International

Une conseillère municipale UMP de Combs-la-Ville (Seine-et-Marne) a posté sur son profil Facebook une image de la ministre de la Justice Christiane Taubira pastichant une publicité Banania et titrée "Y'a pas bon Taubira", a constaté vendredi l'AFP.

Le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale qui dirige également la fédération UMP de Seine-et-Marne, Christian Jacob, "condamne" les propos de cette élue, Claudine Declerck, et va lui adresser "un courrier l'informant d'une mesure de suspension et proposant une mesure d'exclusion", qui relève des instances nationales, a-t-on indiqué dans son entourage.

Sur Twitter, le président de l'UMP Jean-François Copé a confirmé qu'une procédure d'exclusion de l'élue était en cours.

L'image, postée mi-septembre, était encore visible vendredi matin sur le profil public de Mme Declerck, avant d'être effacée vers 13H00. Il s'agissait d'une image republiée depuis un groupe Facebook baptisé "Fidèles sarkozystes de l'UMP".

"J'avais trouvé cela humoristique, il n'y a vraiment rien de grave", a déclaré à l'AFP Mme Declerck, évoquant une "maladresse". "Du Banania, moi j'en ai chez moi et j'avais trouvé ça drôle", a-t-elle ajouté. "Pour moi, c'était pas raciste, j'ai des amis noirs, jaunes", s'est justifiée cette retraitée de 67 ans, précisant qu'elle ignorait que son profil était public.

Claudine Declerck a été élue dans cette commune de 22.000 habitants en 2008 sur la liste du député-maire UMP Guy Geoffroy, et elle est également l'une des vice-présidentes du syndicat d'agglomération nouvelle (SAN) de Sénart, l'organisme qui dirige cette ville-nouvelle à une trentaine de kilomètres au sud-est de Paris.

Interrogé par l'AFP, Guy Geoffroy a jugé "la plaisanterie plus que douteuse", tout en rappelant qu'elle datait de mi-septembre, "où le contexte était tout autre". "A l'époque, l'image n'avait pas été remarquée par les fins limiers du parti socialiste", a-t-il toutefois ironisé. "Nos petits amis socialistes essaient d'allumer des contre-feux un peu partout".

"Ils (les socialistes) veulent accréditer l'idée que le racisme est inscrit chez les élus de l'UMP, proches des parlementaires. C'est ça leur objectif", a-t-il ajouté.

Selon le responsable PS de Seine-et-Marne Philippe Sainsard, cette publication sur Facebook "participe à tout ce déferlement de propos tous plus abjects les uns que les autres. Venant d'une élue, c'est encore plus inacceptable", a-t-il dit.

Depuis plusieurs semaines, la garde des Sceaux, qui a porté des lois emblématiques et controversées en particulier sur le mariage homosexuel, est victime des nombreuses attaques racistes qui ont soulevé l'indignation à droite comme à gauche.

Di Rupo condame les attaques racistes

Le chef du gouvernement belge Elio Di Rupo a condamné vendredi les attaques racistes "honteuses" ayant visé les ministres française Christiane Taubira et italienne Cécile Kyenge, et mis en garde contre la montée des partis populistes à sept mois des élections européennes.

"Tous les jours, des millions d'Européens sont victimes de racisme et de discriminations. Je profite d'ailleurs de cette tribune, ici au Sénat de Belgique, pour clamer notre solidarité avec la ministre italienne de l'Intégration Cécile Kyenge et avec la ministre française de la Justice Christiane Taubira", a déclaré Elio Di Rupo dans un discours consacré à l'Europe devant les sénateurs belges.

"Les attaques racistes à leur encontre et à l'encontre des trop nombreux citoyens en Europe qui en sont victimes, sont une honte", a ajouté le Premier ministre.

Européen convaincu, Elio Di Rupo, un socialiste francophone d'origine italienne, a estimé qu'il existait en Europe "encore trop d'égoïsmes nationaux, trop de dogmatisme idéologique, trop de fausses certitudes".

"Il est tout de même sidérant qu'aujourd'hui, des partis ouvertement fascistes et racistes, voire nazis, occupent une place importante dans certains pays. Des paroles et des comportements inimaginables il y a quelques années encore se banalisent impunément", a-t-il dénoncé.

"Si rien ne change, les citoyens se détourneront chaque jour davantage du projet européen", a-t-il estimé.

"A l'approche des élections européennes, le danger est réel. On le voit en particulier dans les pays qui ont dû appliquer une austérité implacable", a ajouté M. Di Rupo, qui se targue d'avoir réduit les déficits publics en épargnant le plus possible la population.

L'hebdomadaire français d'extrême-droite Minute a fait mercredi sa couverture avec une photo de Mme Taubira accompagnée de la légende suivante: "Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane".

Depuis sa nomination en Italie, la ministre de l'Intégration Cécile Kyenge, originaire de l'ex-Zaïre, a dû affronter plusieurs manifestations d'hostilité de la Ligue du Nord, un parti anti-immigrés d'opposition, dont un sénateur l'a comparée à un orang-outan.