Boire son café avec style

On sait que George Clooney aime le café et qu’il n’est pas le seul. Mais saviez-vous que les marques conjuguent technologie et design pour améliorer constamment la qualité de l’espresso ?

Manon Legrand
Boire son café avec style

On sait que George Clooney aime le café et qu’il n’est pas le seul. Mais saviez-vous que les marques conjuguent technologie et design pour améliorer constamment la qualité de l’espresso ? De l’eau ou plutôt du café a coulé sous les ponts depuis que René Boland a terminé sa formation en menuiserie. Aujourd’hui, à la tête d’un espresso shop et bar café à Uccle, le Caffè Mobile, il s’est pris de passion pour le café en Italie. "Là-bas, il s’agit d’une boisson à part entière, avec ses propres recettes : caffè latte, capuccino, etc. Mieux, c’est un fait social", explique-t-il.

De retour de la botte il y a vingt ans de cela, il décide d’importer ce style de vie à Bruxelles. Il ouvre alors une petite boutique 100 % illy, "la meilleure marque selon moi, en innovation permanente" et vend les mythiques FrancisFrancis !

Concessionnaire de café

A l’époque, il est encore un des seuls à promouvoir le café de caractère et le matériel "made in Italy". "La tendance bar café n’est apparue qu’il y a cinq ou six ans", précise-t-il. Il y a 20 ans, pour beaucoup, le café n’était encore qu’un simple jus de chaussette qui coulait d’un percolateur plein de calcaire. Il a voulu faire la différence : "Quand j’ai ouvert mon magasin, les machines à café se vendaient exclusivement dans les magasins de déco. Le service après-vente n’était pas optimal. Ma boutique, c’était l’hôpital des machines."

Aussi, le fana de "caoua" se rend avec sa petite Vespa à coffre, abritant une machine à café, à plusieurs événements bruxellois pour promouvoir le vrai café. Lorsqu’il décide de se sédentariser, il élargit sa gamme et propose à présent des produits signés FrancisFrancis !, Jura, Solis, Nespresso,…

Chez Caffè Mobile, les machines trônent sur les étagères, donnant à la boutique un air de garage de voitures, version café. Le client a le choix entre le modèle X1 ou X7, la machine à dosettes ou à filtre, la manuelle ou l’automatique, l’option dosettes ou café moulu, et l’embarras du choix pour les couleurs… Il pourra aussi trouver des tas d’accessoires comme les doseurs ou des tasseurs étudiés au millimètre près.

Machine techno ou cafetière moka ?

A l’instar du vin, le café a ses gestes : on le moud, on le dose, on le tasse. "L’ergonomie a donc toute son importance", souligne René Boland. Gare à l’esthétique car la machine à café est souvent bien visible dans la cuisine. Et la technologie, bien sûr : "De nombreux clients veulent un objet qui fasse l’effet des grandes machines de bar, comme les Gaggia ou Faema, machines italiennes mythiques."

Aussi, si certains rêvent du tout techno et qu’un seul bouton leur fasse leur caffè latte de rêve, d’autres préfèrent la célèbre cafetière italienne ou cafetière moka. Elle prend peu de place et marmonne en quelques minutes seulement sur la cuisinière pour annoncer que le café est prêt. Cette pièce design à facettes est créée par Alfonso Bialetti en 1933, la cafetière italienne devient l’emblème de l’entreprise familiale à l’effigie du petit homme à moustache. Pour l’anecdote, le fils, Renato, qui a repris le business familial, décédé récemment, avait demandé à ce que ses cendres soient dispersées dans… une cafetière.

Retour aux fondamentaux

On ne peut pas évoquer les machines à café sans parler des capsules, qui remportent un franc succès depuis plusieurs années. "Les capsules sont confortables. Nespresso a fait un boulot incroyable pour les populariser, jouant sur le fait que ce soit un beau produit", explique René Bolland, ajoutant au passage que la paternité des dosettes revient à la famille Illy.

Originaire de Trieste, la marque a développé la dosette en papier - la Easy Serving Espresso - dans les années 1970, pour arriver en 2016 à la dosette la plus high-tech du marché. "Mais les clients commencent à revenir au grain, ajoute le spécialiste du café, ils veulent se rapprocher du produit, moudre eux-mêmes leur café." Voilà qui fera au passage, plaisir à notre planète.

Le passionné de café connaît en tout cas son produit, du grain à la tasse. Ses clients peuvent d’ailleurs tout aussi bien repartir avec une machine à expresso qu’avec l’estomac empli de cette boisson excitante consommée sur le pouce, à l’italienne, ou en terrasse par beau temps. What else ?

Les trois coups de coeur de René Boland

La vintage : Francis Francis X1

Boire son café avec style
©Francis Francis

Pour se la jouer barista à la maison, c’est la machine qu’il faut. Le modèle le plus célèbre est la X1, conçu en 1995 par l’architecte italien Luca Trazzi. Au fil du temps, si la machine a gardé le même design, elle s’est développée sur le plan technologique. Elle existe aujourd’hui en version dosettes ou café moulu.

Disponible dans de nombreux coloris. A partir de 569€

La conceptuelle : Pulcina

Boire son café avec style
©Pulcina

De la rencontre entre Alessi et illy, deux références italiennes, est née Pulcina : une cafetière moka révolutionnaire qui allie créativité et innovation technologique. Un objet design dont la forme particulière, qui joue sur le rythme de remontée du café, promet d’en améliorer la saveur.

52€ pour 1 tasse. 60€ pour 2 tasses. 75€ pour 6 tasses.

La techno : Jura E8

Boire son café avec style
©Jura

Dans son magasin, René Boland dispose de la machine pro BFC. Chez lui, René Boland ne jure que par la Jura, la Rolls du café : une machine automatique qui promet huit cafés différents à partir du grain. Procédé de percolation, concassage du café et même système de filtrage reflètent les dernières technologies.

A partir de 1 099€.

Petit lexique

La cafetière italienne (ou moka) est inventée par Alfonso Bialetti. L’objet composé de trois parties en acier inox ou aluminium contient de l’eau dans sa partie basse. L’eau remonte grâce à la pression de la vapeur et récolte au passage les saveurs du café moulu se trouvant dans le filtre, entre les deux parties de l’objet. Elle ne se lave qu’à l’eau pour maintenir le goût.

Dans la cafetière française (à piston), le café se trouve au fond de cet objet en verre, un incontournable de Bodum. On y ajoute l’eau bouillante par-dessus. Un piston vient séparer le marc du breuvage.

La machine à espresso, objet de recherche tant en qualité qu’en design emmène le bar à domicile. Le porte-filtre (ou dosette, c’est selon) est logé sous une pompe à pression nécessaire à garder les arômes et former une fine mousse dans la tasse. Si la Jura se démarque par son innovation, la FrancisFrancis !, elle, par son style.

Le percolateur est idéal pour des grandes quantités de café. L’eau bouillante vient caresser les grains moulus logés dans un filtre en papier au-dessus d’une carafe. L’objet est rarement une pièce design, mais le café… coule.

--> Caffè Mobile, chaussée de Waterloo 1384/D, 1180 Uccle. Infos au 02.538.11.97.