Les couleurs influencent nos humeurs, notre bien-être. Alors comment les choisir correctement ? Caroline Dujardin, conseillère en couleurs, analyse les espaces, les personnalités pour créer un habitat coloré sur-mesure.

Alors que certains associent poétiquement des lettres aux couleurs, Caroline Dujardin marie, elle, les espaces aux couleurs. Elle est la confidente des nuances, des tonalités, elle les connaît étroitement, jongle avec leurs subtilités. Pour elle, la vie est une palette animée, une source inépuisable d’inspiration. Caroline Dujardin est conseillère en couleurs et nous livre quelques conseils pour penser ou repenser notre intérieur à la lumière d’un spectre coloré.

Tout le monde perçoit-il les couleurs de manière identique ?

Non, malheureusement. L’acuité visuelle à la couleur peut être très variable d’une personne à l’autre. Percevoir les nuances, cela se travaille, surtout avec l’âge qui rend plus difficile la distinction des subtilités des couleurs. C’est très stéréotypé évidemment, mais, en général, les femmes ont une sensibilité plus fine aux couleurs. Cela est certainement dû à l’univers plus coloré des petites filles via les jouets, les vêtements. Les hommes, eux, sont plus doués en ce qui concerne la perception de l’espace.

On connaît l’influence que la culture exerce sur les couleurs et leur symbolique. Comment le Belge perçoit-il la couleur ?

En Belgique, nous sommes plutôt frileux par rapport à la couleur. C’est curieux vu la grisaille qui caractérise notre climat… Nous aurions bien besoin de couleurs pour égayer nos villes, nos maisons. Mais nous ne sommes pas l’exception. Il faut descendre dans le Sud pour avoir un usage plus décomplexé de la couleur. Et puis, chacun a sa propre histoire aux couleurs. Certains tons peuvent être adorés par les uns, détestés par d’autres… Tout dépend des expériences. Par exemple, petite, j’ai été obligée de porter l’uniforme bleu marine. Depuis, il ne faut plus me parler de cette couleur d’un point de vue personnel.

Vous êtes conseillère en couleurs… Comment travaillez-vous ?

Je donne des formations sur le sujet à des professionnels ou des particuliers et je conseille l’usage des couleurs de manière personnalisée pour l’extérieur ou l’intérieur de maison, de bâtiments publics. En faisant appel à moi, certaines personnes imaginent que je vais mettre les couleurs de l’arc-en-ciel dans leur habitation. Et pourtant non, je travaille de manière subtile, selon mon ressenti de l’espace et surtout des personnes qui l’occupent.

Y a-t-il des règles à suivre pour colorer sa maison ?

Je travaille toujours avec un fil conducteur… Il doit y avoir une cohérence dans toute la maison. Je propose un ton neutre de base - un blanc doux ou un gris clair - et je suggère ensuite la couleur par touches, en fonction de l’espace, de la lumière naturelle et artificielle, des défauts à camoufler ou des détails à mettre en évidence. Il est rare que je conseille de peindre les quatre murs d’une pièce avec une seule et même couleur au risque d’avoir un effet d’écho, de réverbération de la couleur devenue trop forte… Je joue souvent avec les tons sur tons mais aussi avec les textiles, les meubles.

On doit souvent choisir la couleur de ses murs sur un petit bout de papier au magasin. Comment visualiser le réel effet créé par cette tonalité sur tout un mur ?

Le problème le plus souvent rencontré est en effet le dosage, que ce soit des points vues intensité ou proportion. L’idéal est de tester une couleur dans des conditions réelles, sur le mur lui-même à la lumière du jour mais aussi à la lumière artificielle (celle-ci "jaunit" notre impression). Dans la mesure du possible, si des petits pots testeurs sont disponibles, je conseille toujours de peindre 1 m2, une surface suffisante pour aiguiser son idée. Des applications existent aussi aujourd’hui et permettent de télécharger une photo de son intérieur et d’ensuite "peindre" virtuellement l’un ou l’autre mur. J’ai des réserves sur cette technique mais elle a le mérite d’exister.

Les couleurs influencent nos émotions, nos humeurs…

C’est évident. Des médecins s’intéressent même à l’effet thérapeutique des couleurs. Celles-ci peuvent aller dans le sens du bien-être ou à son encontre. L’important est de percevoir les besoins de chaque personne. Souhaite-t-elle un intérieur ressourçant ? A-t-elle besoin de pièces stimulantes ?

Ce principe de lien entre couleur et émotion est aussi présent dans le Feng Shui. Qu’en pensez-vous ?

Je suis prudente avec le Feng Shui. C’est un concept importé qui ne correspond pas forcément à notre habitat. Mais cela rejoint ma méthodologie en de nombreux points… Ce sont en réalité des questions de bon sens. Je pense surtout qu’il ne faut pas être dogmatique. L’important est surtout de rejoindre le ressenti de la personne concernée.


Froid versus chaud

La palette "fraîche". Elle comprend les verts, les bleus… des couleurs qui inspirent le calme, la relaxation, l’apaisement. Elles sont qualifiées de "froides" mais peuvent aussi être poudrées, douces. Elles ne s’associent pas forcément à une ambiance "frigo". Elles sont utiles pour donner l’impression d’agrandir la pièce. On dit d’elles qu’elles font "reculer" la perspective.

La palette "chaude". Elle est habitée par les jaunes, oranges, rouges… des couleurs qui donnent une ambiance cosy et chaleureuse. Elles sont à privilégier pour des pièces que l’on souhaite conviviales comme un salon. Elles, aussi, se travaillent dans des nuances subtiles. Ce sont des couleurs qui "avancent", qui rétrécissent la pièce. Elles sont, par exemple, idéales dans les longues et grandes pièces des maisons de maître bruxelloises.

De manière générale, elles stimulent. Impossible de les mettre dans une chambre ? Pourquoi pas mais en tête de lit pour s’endormir face à une couleur plus douce ?


Totem régressifs

A l’entrée de l’atelier de Caroline Dujardin, conseillère en couleurs, une sculpture, un mikado géant… coloré évidemment. L’œuvre de Christian Bogaert, installateur et artiste belge. Ces totems impressionnants, il les dissémine un peu partout. Devant l’Hippodrome de Boistfort, par exemple, c’est lui aussi. Des sculptures en bois nature ou coloré qui éveillent en nous une âme d’enfant. Certaines installations ont d’ailleurs été créées et conçues en tant que cabanes… Dommage que l’on soit trop grand(e) pour y grimper. (Infos sur www.christianbogaert-deco.be)

--> Plus d’infos sur www.carolinedujardin.net

--> Caroline Dujardin donnera une conférence sur "Le monde de la couleur" le 17/11 de 20 à 22 h et une formation "Couleurs et habitat" le 19/11 de 10 à 18 h