La réponse avec l'architecte Gilles Frankignoulle qui a eu carte blanche pour transformer une villa de Rhode Saint Genèse de style classique des années 50 en maison tendance et épurée qui aurait toute sa place en Floride... ou à Rhodes !


Tout le monde n'a pas une villa quatre façades de 650 m² et un budget illimité pour en faire un bijou... Loin de là ! Mais quand on a un chez soi que l'on a envie de faire évoluer, on peut glaner des suggestions bien vues auprès d'architectes.

Gilles Frankignoulle est un architecte et un architecte d'intérieur diplômé de l'école Victor Horta. Dans les différents stages qu'il a effectués dans des agences d'archi intérieure, il a pu développer ce qui lui parle particulièrement : les lignes simples et sobres, au service de la matière brute et de la chaleur. Dans cet ordre d'idée, il a ainsi contribué à des projets comme les boutiques Dior ou plus récemment Smets.

Désormais, il a ouvert son propre cabinet d'architecture, nommé joliment Argill, pour les particuliers et les professionnels. Ce qu' il préfère : les projets globaux . "Quand on fait un projet d'architecture, on crée des espaces de vie en ayant une image globale de la maison. Et on peut y insuffler la vie et l'harmonie".

Avec lui, on a visité cette somptueuse villa de la périphérie de Bruxelles qu'il a entièrement réalisée, intérieur comme extérieur. Dont voici un avant/après parlant !


AVANT

© (c) Argill
APRES
© (c) Argill


On opte pour le contemporain

Regardez les maisons en Floride : elles sont très structurées à l'extérieur et très contemporaines à l'intérieur. Ici le choix des matériaux a été clairement contemporain mais chaleureux.

La cuisine en est aussi le parfait exemple. Elle est grande c'est un espace à part (et non pas une cuisine américaine) conçu comme le véritable lieu de vie familiale qui donne aussi la possibilité de recevoir les amis tout en cuisinant tandis que les enfants jouent près des bancs qui suivent les fenêtres.

© (c) Argill


On joue avec les matières

L'architecte a fait se répondre les essences de bois exotiques ou non comme Amazakoué, le chêne teinté ou naturel, le noyer et le sycomore qui sont partout dans la maison. La pierre aussi d'ailleurs avec de la pierre de Varennes pour le hall et la cuisine, Chambolle pour le rez de jardin et les terrasses, Nozay pour la salle de bains madame et Grigio Selene pour la salle de bains monsieur.

© (c) Argill

On ouvre tout

Tous les murs de la maison ont été abattus, seules les façades et les dalles ont été conservées. Pour l'entrée, on a conservé les larges baies mais en y ajoutant une sorte de maillage artistique en acier qui cache sans assombrir.

© (c) Argill

On joue des couleurs

A l'extérieur, le blanc et le noir se répondent, une terrasse sombre munie d'un petit champ de galets blancs devant la chambre parentale donne un aspect japonisant et zen. Les pierres sont beiges, les murs sont blancs et des touches de nature et de noir apportent naturellement une atmosphère de « maison de vacances ». Et tout cela répond au vert, omniprésent.

© (c) Argill


On s'évade vers le jardin

Le jardin a vu s'installer une piscine en contrebas.

© (c) Argill

Mais la nature est également allée vers la maison ! Sur les chemins qui mènent vers la maison, de grands oliviers, un magnolia Grandiflora (arrivé par grue!) persistant ont été installés, apportant immédiatement une touche de Sud.

© (c) Argill

Un bar intérieur d'été permet de profiter des premiers (et des derniers) beaux jours très facilement à hauteur de terrasse. Et s'il ne fait pas beau : salle de sport ou espace cinéma !

© (c) Argill


On ose l'art (et le luxe)

Ici, une cave à vin, beaucoup de domotique, des matériaux qui permettent une grande isolation et une basse consommation. Des oeuvres d'art audacieuses et contemporaines (un tableau de Christopher Coppers dans l'entrée par exemple) illuminent les pièces.

Plus de réalisations à voir sur le site d' Argill