Loin d'être un rassemblement de stands, Creativa se veut un lieu d'expériences. Jusque dimanche, 3000 places d'ateliers pour découvrir ou parfaire sa technique

"Madame, ils font quoi ceux-là, là-bas ?". Assis autour de tables rondes, les enfants participent à différents ateliers et la petite fille qui fait des taches de couleur sur sa feuille est manifestement plus intéressée par l'activité de l'autre table, où ça tisse des morceaux de chaussettes et autres textiles coupés en lanière. Effectivement, cela a fière allure et les adultes qui passent non loin de CultureKids, une partie dédiée aux enfants du salon Creativa s'arrêtent pour regarder... avant de filer à leur propre rendez-vous atelier !

Car c'est toute la raison d'être et le plaisir de Créativa. Parce qu'il est le rendez-vous incontournable des personnes qui aiment "faire" plutôt que simplement acheter. Depuis 22 ans (et 250 éditions un peu partout en Belgique, en France mais aussi en Russie !), ce salon qui prend place à Brussels Expo chaque année rencontre le même succès. Tout a commencé avec le patchwork, un loisir créatif des plus sociables puisqu'il est né de l'échange de bouts de tissus entre couturières amatrices ! "C'est tout l'intérêt des loisirs créatifs, c'est de créer du contact et du lien social". Et ce n'est pas les dames qui exposent leur patchwork au fond du salon et tiennent le stand les Madammekes du Patch qui diront le contraire !

Aussi le fondateur, Florent Godin est à l'affût des tendances : "On a relancé le contenu. Un salon où il n'est question que de stands commerciaux, c'est simplement un shopping center finalement. Or, ce que veulent les gens c'est qu'on leur offre une expérience, pour regarder, apprendre, faire eux-mêmes, découvrir, goûter. On a beaucoup travaillé dessus et cette année, on offre quand même 3000 places ateliers sur 4 jours et 20 espaces dédiés à différents univers créatifs".

© D.R.

Au niveau des tendances, il n'y a pas de grande révolution, la couture reste le loisir qui attire le plus grand nombre, suivi par le scrapbooking qui a fait une percée énorme ces 10 dernières années et par le tricot. "La couture revient vraiment en force. Aujourd'hui, on ne coud plus pour des raisons d'économies mais parce que l'on veut créer soi-même, on veut customiser, on veut se faire plaisir !", constate Florent Godin. Le salon s'est associé avec Burda pour encore plus d'ateliers et d'événementiel. Et des participants au salon ne sont pas en reste : pour la première fois, des ateliers de couture pour hommes (coudre un boxer) sont proposés sur le stand de Marianne K.

En ce matin du premier jour, ce sont les habituées (il y a bien plus de femmes que d'hommes !) qui arrivent les premières. On s'arrête à l'espace cooking où Eric Boschman concocte une recette avec conseils et bonnes blagues à la clé mais ce sont surtout les ateliers couture qui se remplissent très vite. "J'ai cousu quand j'étais plus jeune et j'ai vraiment envie de m'y remettre alors je me suis dit que c'était l'occasion et je me suis inscrite ! Je retrouve peu à peu les sensiations et j'avoue que ça me plais bien de m'y remettre" raconte Maryam, 59 ans qui écoute attentivement les conseils de la pro qui passe de machine en machine.

Le recyclage, le fait soi-même a le vent en poupe

© D.R.

"Par la suite, le public se fait plus familial, plus jeune aussi : le Do-It-Yourself, c'est une façon de vivre que les jeunes aiment beaucoup, on recycle, on répare, on jette moins !", souligne le fondateur.

Le salon est vivant : tout le monde y va et vient bien sûr mais les stands de bijoux ne sont pas figés : les bijoux créatifs ont la cote et ce n'est pas ici qu'on va repartir avec un collier tout fait ! "Ici, on a des systèmes qiu permettent de montrer comment on noue ensemble des chaînes pour en faire des créations totalement différentes", explique-t-on.

Au détour d'une allée, on tombe sur un stand d'une dame qui n'a pas son pareil pour parler d'ustensiles et accessoires de cuisines originaux, comme sur les marchés : c'est simple, on a envie de tout acheter. Ou encore d'un système pour changer les tirettes (les fermetures éclairs) cassées (médaille au concours Lépine 2015). mais pour ces quelques produits tout faits, combien de stands pour faire !

Au programme

© D.R.

  • Ce jeudi 13 au soir, un défilé de créatrices amatrices de petites robes en tissu imprimé est très attendu.
  • Une nouveauté cette année : un espace de cake design, une discipline foodie qui cartonne avec des masterclass thématiques et la présence de Silvia Mancini, une cake designeuse italienne reconnue qui maîtrise à la perfection les techniques. Impressionnantes, ses créations sont plus réelles que nature. Mais aussi Maité Sartieaux (jeune cake designeuse belge) qui va travailler un lucky luck.
  • Vendredi soir, défilé de 8 robes en pâtes à sucre le vendredi soir. On a déjà vu des défilés de création en chocolat, Cake & Sugar innove et défile en pâte à sucre.

> Créativa, du jeudi 13 au dimanche 16 février 2020 & Cake & Sugar du 14 au 15/02. Palais 3, Brussels Expo