Parce que voyager, c'est aussi apprécier la gastronomie de chaque région du monde... Voici quinze idées de destinations, parmi d'autres, où découvrir des mets différents de chez nous, avec parfois un petit côté insolite.

Voyager, c'est visiter, rencontrer, s'éblouir face à la beauté des paysages, des gens, de l'architecture. Mais, c'est aussi l'occasion d'enrichir son palais de spécialités culinaires. On le sait tous, on ne mange pas la même chose aux quatre coins de la planète. D'abord parce que que la diversité des produits frais dépend du climat, de la terre, de la mer, des moyens, des infrastructures, mais aussi parce que les habitudes sont différentes d'un pays ou d'une région à l'autre. Bien entendu, toutes les cultures proposent une cuisine intéressante, mais voici quelques idées de destinations où partir en vacances en fonction de l'originalité de ce qu'on y mange.


Un apfelstrudle à Solitaire (Namibie)

© S.C

Solitaire, c'est une escale presque obligatoire pour les touristes en Namibie qui se rendent dans le majestueux désert du Namib après un petit séjour le long de la côte de Walvis Bay. Point de jonction entre deux routes, deux itinéraires essentiels pour traverser le désertique Parc national de Namib-Naukluft, le micro village semble abandonné, comme une vieille cité en plein western où le temps s'est arrêté. Mais le hameau propose pourtant un hôtel, un restaurant, un petit magasin, un bar, une pompe à essence (la seule à des milliers de kilomètres) et... une boulangerie, chez Moose McGregor. Vu le passé colonial allemand du pays, on y déguste le véritable apfelstrudle. Ceux qui ont craqué pour cette gourmandise s'en souviennent encore.


Un lomo saltado à Cuzco (Pérou)

© Cuzcoeats.com

Etape indispensable lorsqu'on se rend au Pérou: la région de Cuzco. C'est la grande ville la plus proche du Machu Picchu, ce lieu magique sur les toits du monde. Ici, la vie est agréable au milieu de la cordillère des Andes, même si certains touristes souffriront plus que d'autres de l'altitude. Restaurants et bars ne manquent pas, l'occasion de déguster une des grandes spécialités andines: le lomo saltado. Il est apparu au milieu du XIXe siècle lors de l'influence des Cantonais. Il s'agit d'émincé de boeuf, cuisiné avec des oignons, des tomates, du piment, de la coriandre, de la sauce soja, du gingembre. Et en accompagnement, tradition péruvienne oblige: le riz et les frites épaisses !


Des quenelles à Lyon (France)

© https://gretagarbure.com

La quenelle au brochet, c'est une fierté lyonnaise, une partie de l'histoire de cette ville française. Même si on ne connaît pas exactement la date d'invention de ce mets, on l'attribue à un pâtissier en 1907. A cette époque, la Saône était envahie de brochets, les Lyonnais ne savaient plus quoi en faire. L'idée, c'était donc d’accommoder ce poisson à la pâte à choux. Sa composition actuelle: semoule de blé, farine, beurre, œufs et lait. La quenelle est souvent servie gratinée avec de la sauce tomate ou béchamel.


Du rougail à Madagascar

© www.latendresseencuisine.com

Il est vrai qu'on déguste cette préparation dans plusieurs pays du monde. Mais, elle est décrétée comme typique à Madagascar, servie pour accompagner certains plats comme le riz et les petites saucisses. C'est très épicé. Le rougail est composé de tomates, gingembre pilé, oignons émincés et de piments. Une recette sur La Tendresse en Cuisine


Un pica pollo à Punta Cana (République dominicaine)

© Adventuresinridining.com

Avec 240 jours d'ensoleillement, la République dominicaine est le paradis des voyageurs. Et sa spécialité culinaire, c'est l'incontournable pica pollo, le poulet frit local. Sa particularité? Le poulet doit mariner un certain temps (avec du poivron, de l'oignon, de l'ail, de la coriandre, etc.). Il est généralement servi avec des tostones (banane plantain). Difficile de passer à côté, on retrouve ce plat partout. Il est d'ailleurs très prisé pour manger sur le pouce.


Un mansaf à Pétra (Jordanie)

© jordanholidays.com

C'est un mets typique de la culture bédouine en Jordanie. Où le trouver? Un peu partout, mais il est plutôt sympathique de partager ce plat avec des Bédouins et pourquoi pas dans les montagnes autour de Pétra avant la visite incroyable d'une des sept nouvelles Merveilles du Monde. Il s'agit de morceaux d'agneau mijotés en ragoût, arrosés d'une sauce au lait de chèvre fermenté (jamid). On le sert accompagné de riz et de pignons de pins (très bon aussi avec des cacahuètes et de la coriandre). Et si vous voulez pousser la tradition jusqu'au bout, il se mange avec les mains en formant une boulette dans le creux de la paume.


Un bâtonnet glacé à Turin (Italie)

© Pepino

On ne cessera de vanter la glace italienne. Mais avez-vous déjà goûté le bâtonnet glacé de chez Pépino à Turin? C'est ce célèbre glacier qui est bien à l'origine de cette gourmandise à la vanille enrobée d'une couche de chocolat (et pas Eskimo comme on pourrait le croire). Après plusieurs recherches en laboratoire, il a inventé la glace portable.

--> www.gelatipepino.it


Un sandwich au pastrami à New York (USA)

© REPORTERS

Introduit aux Etats-Unis fin du 19e siècle par des immigrés juifs d'Europe de l'est, le pastrami est un morceau de poitrine de boeuf, qui a mariné dans une saumure épicée avant d'être fumée et puis cuite à la vapeur ou à l'eau. Le sandwich au pastrami, c'est un peu la version new-yorkaise du sandwich corned-beef. (Et d'ailleurs, le restaurant L'Amour Fou vient d'en faire récemment sa spécialité à Bruxelles: www.lamourfou.be)


Un pastel de nata à Belèm (Lisbonne, Portugal)

© Pastéis de Belém

Si la gastronomie portugaise et surtout son vin commencent à percer, l'incontournable, c'est bien entendu le pastel de nata. Savoureuse à souhait, cette pâtisserie se présente sous forme de flan à la cannelle placé sur une pâte feuilletée. Et les meilleurs, on les trouve à Belèm, un quartier de Lisbonne très fréquenté par les touristes pour sa célèbre tour, le monument des Découvreurs et le monastère des Hiéronymites. Passage obligatoire par cette institution du Portugal, Pasteis de Belèm. 

--> http://pasteisdebelem.pt


Des Xiao Long Bao à Shanghai (Chine)

© S.C

Originaire d'un petit quartier encore très traditionnel de Shanghai, Nanxiang, cette spécialité chinoise est une variété de ravioli. Son nom signifie "petit sac à l'étuvée". Cuit à l'étuvée donc, le Xiao Long Bao est composé d'une pâte de blé avec à l'intérieur de la viande bouillie (du porc en général, mais cela peut aussi être du canard, des crustacés, etc.) et un bouillon. Pour le manger sans se brûler, il faut placer le ravioli dans une cuillère à soupe chinoise et puis faire un petit trou avec une baguette pour aspirer le jus avant de tout porter à la bouche.


Une banitsa à Plovdiv (Bulgarie)

© http://www.196flavors.com/

Cette spécialité bulgare à base de pâte est servie au petit-déjeuner, en apéritif ou encore pour accompagner le plat. On la prépare avec des feuilles de pâte farcies. La recette la plus populaire est celle qui intègre du fromage et des oeufs. Mais il existe plusieurs variantes selon les régions: potiron, chou, oignon, épinard, riz, viande, etc.

--> une recette: www.196flavors.com


Du kimchi à Séoul (Corée du Sud)

© REPORTERS

Estomacs sensibles au piquant, s'abstenir. Le kimchi est un mets traditionnel sud-coréen composé de piments et de légumes lacto-fermentés (trempés dans de la saumure jusqu'au développement d'une certaine acidité). A l'origine, en chinois, cela signifiait justement "légume submergé". Ce met accompagne la plupart des plats coréens. Pour les ingrédients, on retrouve souvent: du choux chinois, des carottes, des radis, de l'ail, du piment rouge, de l'oignon blanc, des crevettes fermentées, du gingembre, du sel et du sucre.


Des Pīrāgi à Riga (Lettonie)

© biennourri.blogspot.be

On n'en mange jamais qu'un seul ! Les Pīrāgi, ce sont des petits pains garnis de bacon et d'oignons qui demandent beaucoup de travail. Généralement, on les cuisine pour les occasions spéciales en Lettonie. Et comme chaque famille a ses propres petits secrets de confections, les variantes de ce mets sont nombreuses. La particularité de cette spécialité: être disponible tout au long de l'année sans devoir suivre les saisons. Et lorsque la farine venait à manquer, les Lettons la remplaçaient par de la pomme de terre.

--> Une recette ici


Un Khorovats à Sisian (Arménie)

© royalplaza.am

C'est vraiment typique de l'Arménie. Un plat très apprécié pour les réunions de famille et les fêtes. Il s'agit de viande marinée grillée présentée sous forme de grosses brochettes. On l'appelle aussi : le barbecue arménien.


Un onigiri à Nagoya (Japon)

© derklangvonzuckerwatte.com

Au Japon, les onigiris sont consommés comme un en-cas à manger à toute heure de la journée, lorsqu'on a une petite faim. Il s'agit de boulettes de riz en forme de triangle ou d'ovale entourées d'une feuille d'algue, comme des sandwiches de riz. Ensuite, on peut les fourrer avec différents ingrédients comme une petite prune séchée (Umeboshi), du saumon, du thon, des radis, etc. Souvent, les Japonnais les déclinent en forme de chat ou encore de panda. A Nagoya, la spécialité, ce sont les onigiris aux beignets de crevettes.