Pas bête comme chou...

Qui n'a pas entendu l'histoire des enfants qui naissent dans les feuilles de chou ! Le chou était associé aux bébés, on disait même qu'il les faisait naître car on apportait au lit un bol de soupe de chou fumante aux jeunes mariés au réveil de leur nuit de noces.

OLIVIER FREY

Le chou naquit, dit-on, un jour alors que Lycurgue avait trop pleuré. Fatigué de voir ses sujets boire jusqu'à l'ivresse, il fit arracher tous les plants de vigne et les remplaça par... des choux. Avec le temps, la vigne reprit le dessus, mais les Romains et les Grecs affirmaient que le chou avait le pouvoir de chasser la mélancolie. Ils en croquaient même une feuille crue avant de lever le coude lors des grands banquets où le souci des hôtes était de remplir les coupes jusqu'à l'oubli. Cette tradition très ancienne s'est perpétuée dans les pays de l'Est pour contrecarrer les effets de la vodka.

La culture du chou remonte à 4.000 ans. Entre la Chine et la Mongolie, les gens de cheval apprirent à conserver ce légume en saumure et il devint l'alimentation des constructeurs de la Grande Muraille de Chine au IIIe siècle avant J.-C. Au gré des chevauchées, le chou arriva en Europe de l'Est. Le chou n'en est pas moins depuis longtemps l'aliment fétiche de tout un continent avant l'introduction de la pomme de terre, l'élément roboratif durant les grandes famines.

Lors de la Guerre de Cent ans, les combats se gagnaient ou se perdaient selon les ravitaillements en choux... Taillevent, cuisinier de Charles VI, préparait pour son royal maître des plats de choux de Senlis, variété disparue de nos jours. Mais, c'est à Catherine de Médicis que l'on doit cet étalage de choux qu'elle emporta en France : le chou blanc, le chou rouge et vert dont le fameux chou de Milan. C'est encore à cette époque que les capitaines au long cours s'aperçurent des propriétés médicinales de ce gros légume pommé qu'ils embarquaient pour lutter contre le scorbut.

Au même titre que le brocoli, le chou-fleur ou le chou rave, le chou fait partie de la famille des crucifères, il n'est pas frileux mais demande une protection à -10°. Si le chou chinois peut se vanter de ne prendre que 3 mois de la graine à la récolte, il n'en va pas de même pour les autres choux qui doivent pommer rondement.

Le chou possède de nombreuses vertus médicinales. Au Moyen Age, on malaxait à la main les feuilles de chou écrasées dans de l'argile pour enduire le corps atteint de rhumatisme... mais il est aussi : anti-déprime, anti-cancérigène, anti-scorbutique et recommandé par les ténors pour éclaircir la voix...

VERTUS

Après les carottes, le chou est le deuxième légume le plus riche en provitamine A, substance essentielle à la croissance, et l'un des plus riches en vitamine C. Sa couleur vert foncé révèle une forte concentration de chlorophylle, substance végétale exceptionnelle à qui l'on attribue des vertus extrêmement bénéfiques pour la santé et la résistance de l'organisme. Force est de constater que notre sujet ne jouit pas d'une grande réputation, en effet, lourdeur et autres maux lui sont attribués par une tradition populaire bien ancrée et pas toujours justifiée.

Le chou de Bruxelles est une variété de chou développée en Belgique au XIIIe

, il faut 85 à 95 jours entre la semence et la récolte, sur un axe central épais et solide poussent en épis de 20 à 75 petits choux bien serrés, miniatures de 3 cm de diamètre nichés à la base de feuilles. A l'achat, ils seront bien serrés, d'un beau vert, sans tâches jaunâtres. On les conservera dans un endroit frais, on peut les garder une semaine, non lavés dans le bac à légumes du réfrigérateur. Ils se congèlent facilement après avoir été blanchis à l'eau bouillante 3 à 4 minutes.

© La Libre Belgique 2001