Cuisine Yin et Yang

Lorsque l'on parle d'alimentation équilibrée, la plupart d'entre nous pensent aux légumes, à l'huile d'olive et au poisson. Mais pour certains, ce n'est pas suffisant. Les adeptes du Feng Shui intègrent les principes de cette discipline chinoise ancestrale jusque dans leur assiette!

Cuisine Yin et Yang
© http://www.rising-dragon.co.uk
Hubert Heyrendt

Lorsque l'on parle d'alimentation équilibrée, la plupart d'entre nous pensent aux légumes, à l'huile d'olive et au poisson. Mais pour certains, ce n'est pas suffisant. Les adeptes du Feng Shui intègrent les principes de cette discipline chinoise ancestrale jusque dans leur assiette!

Le Feng Shui est l'art d'harmoniser l'énergie universelle (ou Chi) dans l'habitation, qui passe par un aménagement et une décoration spécifiques des pièces de la maison. Dans la cuisine, cela se traduit par exemple par une disposition particulière du mobilier. Ainsi, il convient par exemple d'éloigner le plus possible la cuisinière (élément feu) du lave-vaisselle (eau). Si ce n'est pas possible, une simple cuiller en bois accrochée au mur entre les deux suffit! On conseille également lorsque l'on cuisine de tourner le dos à un mur et non à une porte, afin d'éviter le stress de l'entrée inopinée d'une tierce personne dans l'univers de la cuisine. Dans le cas contraire, il faudra placer un miroir au-dessus du fourneau!

Ces pratiques font sourire mais témoignent peut-être simplement d'un besoin plus général de se sentir à l'aise dans sa cuisine, pour prendre plaisir à faire le repas.

DES PLATS FENG SHUI

Mais l'on peut être Feng Shui jusque dans ses recettes, tendance qui existe depuis quelques années en Occident. Ainsi, selon les Taoïstes, la Terre, le ciel et les hommes sont composés de cinq éléments (bois, feu, terre, métal, eau), qui se succèdent selon un certain cycle vital, que l'on retrouve par exemple dans la succession des différentes saisons (printemps, été, fin de l'été, automne, hiver). De plus, à chacun des cinq éléments correspondent une couleur, des chiffres, une planète, un sens... mais aussi une saveur (aigre, amer, sucré, piquant, salé) et une céréale (blé, riz, maïs, avoine, soja). C'est en jouant sur l'agencement de ces différents éléments que l'on applique cette philosophie en cuisine. On classe ainsi les différents produits selon ces cinq éléments: les crustacés se rapportent au bois, la viande grillée au feu, les pâtes à la terre, la coriandre au métal et le poulpe à l'eau, etc. Selon l'accent mis sur tel ou tel élément, les plats peuvent avoir une influence sur notre corps. Ainsi, si vous souhaitez éliminer tension et irritation, vous cuisinerez selon «bois», tandis que pour le coeur et le système circulatoire, on préconise des plats «feu».

Depuis quelques années un jeune chef français, Patrice Dumont, a été séduit par cette cosmogonie culinaire. Après un passage dans des restos étoilés à Paris et Lyon, ce Lorrain s'est installé en Asie, en Malaisie puis à Singapour. Aujourd'hui, il est à la tête des cuisines d'un luxueux hôtel de l'Ile Maurice. De passage à Bruxelles pour une «tournée gastronomique», il a démontré l'originalité de la démarche. Même si l'on peut rester sceptique sur la validité d'une telle théorie, il faut reconnaître que sa cuisine est de haut niveau et ses plats très «équilibrés» (cf. encadré). Il conseille par exemple d'ajouter les ingrédients d'une recette en respectant le cycle universel et de les découper avec un couteau parfaitement tranchant pour éviter les pertes de Chi.

Voilà une manière originale de penser la cuisine. Et ça marche... si l'on a envie d'y croire bien entendu.

Envie de lecture?

Si vous êtes curieux d'en savoir plus, plongez dans «Le Feng Shui en cuisine» publié par Ilse Maria et Jürgen Heinrich Fahrnow et Günter Sator aux éditions ADN (9 €).

Envie de goûter?

C'est un peu loin, mais si vous êtes dans le coin, rendez-vous à l'hôtel Legends pour découvrir les petites merveilles de Patrice Dumont. Grand Gaude - Ile Maurice. Tél.: 00.230.20.91.91.

E-maillegends@naiades.intnet.mu.

© La Libre Belgique 2003


FILET DE DAURADE À LA SAUCE SOJA SUR UNE JULIENNE DE LÉGUMES Voici l'une des propositions Feng Shui de Patrice Dumont. A essayer, même pour les sceptiques, car succulente et très fraîche. Ingrédients (pour 4 pers.): 4 filets épais de daurade; 2 c.à.s. de sauce soja; 4 petites betteraves rouges précuites; 35 cl de vin rouge; 2 bonnes pincées de cannelle; noix de muscade; 4 clous de girofle; huile d'olive; 8 têtes d'asperges blanches; beurre; 1 poireau; 6 carottes; 3 petites courgettes; 150 g de poix mange-tout; sel et poivre. Préparation: Tailler en julienne très fine (petits bâtonnets) poireau, carottes, poix et courgettes. Couper les betteraves en petits dés et les cuire avec le vin rouge et les épices jusqu'à ce qu'elles soient fondantes. Pendant ce temps, éplucher et cuire les asperges dans une eau très salée. Une fois tendres, les rafraîchir dans une eau glacée. Passer les filets de daurade à la poêle du côté où était la peau. Saler, poivrer et mettre à mariner avec la sauce soja avant de les cuire au four 10 min. Faire revenir les légumes, salés et poivrés généreusement, dans l'huile d'olive quelques minutes, afin qu'ils restent croquants. Présentation: Sur une assiette, poser la julienne, sur laquelle on dispose un filet de daurade et les betteraves par-dessus. Servir avec le vin de cuisson des betteraves préalablement réduit et épaissi à la maïzena et décorer avec les têtes d'asperges.