Peter Goossens obtient sa troisième étoile

La sortie du Michelin est attendue chaque année avec impatience puisqu'on a coutume de dire qu'il souffle le chaud et le froid sur le petit monde de la gastronomie. Qu'on le veuille ou non, il est indéniable que depuis plus d'un siècle, ce petit guide rouge fait monter les restaurateurs au septième ciel, près des étoiles, ou les fait redescendre sur terre...

HUBERT HEYRENDT

La sortie du Michelin est attendue chaque année avec impatience puisqu'on a coutume de dire qu'il souffle le chaud et le froid sur le petit monde de la gastronomie. Qu'on le veuille ou non, il est indéniable que depuis plus d'un siècle, ce petit guide rouge fait monter les restaurateurs au septième ciel, près des étoiles, ou les fait redescendre sur terre...

En librairie dès demain, l'édition Benelux 2005 est surtout marquée, côté belge, par l'arrivée du «Hof van Cleeve» de Peter Goossens au faîte de la gastronomie mondiale puisqu'il obtient enfin sa 3e étoile, un an après avoir obtenu un 19,5/20 historique au «GaultMillau». Ce parcours désormais sans faute, le jeune chef de 40 ans l'a débuté il y a une quinzaine d'années dans son restaurant de Kruishoutem, dans les Ardennes flamandes, gravissant un à un les échelons: première étoile en 1994, seconde en 1998 et enfin cette ultime récompense qui, pour beaucoup, lui semblait promise depuis longtemps. Les auteurs du Guide tiennent à souligner que «Peter Goossens a su se concentrer, avec détermination et brio, sur une assiette révélant à merveille le potentiel des produits locaux et le goût des saisons en laissant le soin à son épouse de diriger une équipe de salle avenante, jeune et professionnelle.»

Peter Goossens rejoint donc le club très fermé des restaurateurs belges triplement étoilés, où il côtoie Pierre Wynants (le plus ancien des trois étoiles belges de l'histoire, au «Comme chez soi» à Bruxelles) et Geert Van Hecke («De Karmeliet» à Bruges). Par contre, Jean-Pierre Bruneau ne récupère pas le 3e macaron qu'il avait perdu l'an dernier. Pour le reste, pas de grande surprise en Belgique puisqu'aucun établissement ne rétrograde. Notons quand même l'arrivée d'un 12e restaurant deux étoiles («L'hostellerie Le Fox» de La Panne) et de 7 nouveaux une étoile, ce qui porte leur nombre à 79. Parmi les nouveaux promus, notons le «Terborght» d'Huizingen (Bruxelles), le «Restaurant du Château» de Lavaux-Sainte-Anne, le «Dimitri» à Quaregnon ou encore le «Prêt-à-goûter» d'Hasselt.

© La Libre Belgique 2005