On mange mal au travail

La moitié des travailleurs choisissent tout d'abord des snacks dits "peu sains", notamment parce qu'ils sont plus souvent disponibles

Belga

Les travailleurs belges consomment souvent des snacks peu sains au travail, alors qu'ils se disent pourtant prêts à choisir des en-cas sains si ceux-ci sont proposés, selon une étude sur les habitudes alimentaires au travail réalisée en août auprès de 600 personnes par le bureau i-Vox, à la demande de la Criée d'Hoogstraten. Sept travailleurs sur dix (69%) consomment quotidiennement au moins un en-cas sur leur lieu de travail et près de la moitié (48%) en consomment tant en matinée que l'après-midi.

La moitié des travailleurs (56%) choisissent tout d'abord des snacks dits "peu sains", notamment parce qu'ils sont plus souvent disponibles, du fait de leur présence dans les distributeurs automatiques situés sur le lieu de travail.

De nombreux travailleurs sont cependant prêts à grignoter de manière plus saine et 55% se disent prêts à choisir un en-cas sain s'il est disponible, un chiffre qui monte à 62% si cette collation saine est proposée gratuitement ou à un faible prix.

La Criée aux fruits d'Hoogstraten plaide dès lors pour que davantage d'efforts soient réalisés afin d'inciter les travailleurs à manger sainement. Pour l'instant, à peine 11,8% des entreprises proposent chaque semaine durant un jour des fruits, distribués gratuitement. Trois pour-cent le font avec des légumes et pour 2,2% des personnes interrogées il existe un bonus, une réduction ou un avantage extralégal pour le travailleur qui mange sainement au travail.