Quand un vin et des taxes donnaient naissance à un lieu de fête redevenu populaire de nos jours

Depuis 2017, certains parcs bruxellois accueillent des bars éphémères pour les beaux jours. Leur nom n’est pas choisi au hasard. Il fait référence à une tradition française apparue au XVIIème siècle, qui a connu son âge d’or entre 1860 et 1914. Canotier sur la tête et verre de vin en main, les Parisiens allaient chercher du divertissement et un petit coin de nature sur les berges de la Marne. Dans le cadre de son dossier "Il était une fois", La Libre vous emmène au temps de Renoir et de la locomotive à vapeur.

Marine Lambrecht
Quand un vin et des taxes donnaient naissance à un lieu de fête redevenu populaire de nos jours
©SHUTTERSTOCK
Tout commence autour d’un vin et d’une taxe. "Au XVIIème siècle, Paris se limite aux grands boulevards. Au-delà, c'est la campagne, composée de petits villages autonomes, comme Montmartre. Des commerçants vont venir s’y installer pour y vendre du vin moins cher", raconte Olivier Maitre-Allain, historien et ancien directeur du musée de Nogent-Sur-Marne. Pourquoi éviter Paris ? Comme l'explique le spécialiste, la raison est fiscale. Les marchandises sont soumises à l'impôt : l’octroi. En restant en dehors de la capitale,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité