Les eaux aromatisées rencontrent un succès fou : voici comment bien les choisir

Alors que la température grimpe, ces boissons peuvent avoir leur place pour bien s’hydrater.

Laura Chatelain
Les eaux aromatisées rencontrent un succès fou : voici comment bien les choisir
©Shutterstock

C’est une bonne idée pour se désaltérer ?

Oui, ça peut pousser certaines personnes (les enfants, les personnes âgées ou simplement ceux qui trouvent l’eau trop fade) à boire davantage, donc aider à atteindre 1,5 litre par jour et rester bien hydraté.

Si on les choisit bien, c’est beaucoup moins sucré qu’un jus de fruit, un soda ou même de l’eau avec du sirop et ça n’augmente pas la soif.

Quels sont les pièges ?

La présence de sucre ajouté dans certaines eaux. Celui-ci apporte des calories "vides" et fait grimper la glycémie, ce qui pose problème si on en sirote toute la journée. Attention en cas de diabète ! Ce sucre doit être comptabilisé dans les glucides. Les boissons aromatisées à base d’eau et de jus de fruits ont le taux de sucre le plus élevé : jusqu’à 12 g de sucre par verre !

D’autres affichent peu de calories mais remplacent le sucre par des édulcorants type sucralose, acésulfame K, glycoside de stéviol… : à éviter car ces additifs artificiels entretiennent le goût du sucre.

Les eaux aromatisées roses (goût fraise) ou orange (goût pêche) cachent souvent des colorants. Enfin, l’acide citrique, utilisé comme acidifiant, peut fragiliser l’émail des dents si on en consomme beaucoup.

Arômes naturels, arômes artificiels ou extraits ?

Il faut privilégier les eaux avec des "arômes naturels", obtenus à partir de fruits ou d’huiles essentielles (mais qui peuvent être reconstitués en faisant des mélanges) ou des "extraits", issus directement du fruit et qui auront encore plus de goût. S’il est simplement écrit "arôme", il s’agit sûrement d’un arôme artificiel, fabriqué chimiquement.

Plate ou gazeuse ?

L’eau gazeuse peut être intéressante pour varier et boire davantage, elle a un côté un peu plus "festif", par exemple à l’apéritif. Ces eaux apportent aussi des minéraux (potassium, magnésium…), intéressants pour compenser les pertes liées à la transpiration l’été. Mais attention au sel : certaines affichent une teneur élevée, à surveiller notamment si on souffre d’hypertension. Selon la sensibilité individuelle, les eaux gazeuses peuvent aussi favoriser les reflux et ballonnements.

L’idéal reste d’alterner entre eaux plates et pétillantes, et entre différentes marques pour diversifier les apports en sel et minéraux.

La bonne quantité

S’il n’y a pas de sucres ajoutés ni d’additifs, on peut en siroter à volonté toute la journée. En revanche, s’il y a du sucre, mieux vaut se limiter à un verre par jour (250 ml peuvent déjà amener 5/6 g, soit l’équivalent d’un morceau de sucre), et boire de l’eau nature ou des boissons non sucrées (type thé glacé maison) le reste du temps.

Zéro sucres, zéro additifs

Faire son eau aromatisée, avec zéro sucres et zéro additifs, c’est l’idéal.

Si possible en la préparant la veille : on fait infuser toute la nuit dans une carafe d'eau placée au frigo quelques rondelles ou zestes de citron/citron vert (+ presser un peu le jus), quelques fraises ou framboises coupées en morceaux, quelques brins de menthe, quelques rondelles de concombre, etc., de préférence locaux et bios. Filtrer avant de boire. Son goût sera un peu moins prononcé que celui des eaux industrielles mais tout aussi rafraîchissant.