Food Chips de légumes, smoothie ou glace à l'eau, ces aliments sont appréciés pendant la saison estivale. Prudence sur ces fausses bonnes idées.


Les smoothies

En cas de grande soif, une note fruitée est souvent la bienvenue. Pourquoi pas un smoothie ? « Ils restent hydratants, mais ce ne sera jamais comme de l'eau » commente Eleonore de Richecour, nutritionniste à Bruxelles. Sur le papier, les ingrédients sont bons et sains, ce sont des fruits. Mais justement, il y en a un peu trop « Les quantités peuvent être énormes. Quand on visualise le nombre de fruits qu'il peut avoir, on peut se demander, suis-je prêt(e) à en manger autant ».

Le problème des smoothies, c'est qu'ils sont mixés. Un procédé qui présente certains inconvénients. « Cela enlève les fibres des fruits. Le sucre arrive donc plus vite dans le sang. Le pic de glycémie est rapide. La sensation et le besoin de sucre se feront ressentir deux heures plus tard. Un cercle vicieux s'installe ». Les fruits non mixés sont à privilégier, notamment les fruits rouges, riches en antioxydants et donc bons pour la peau.

© UNSPLASH/Norbert Levajsics

Les chips de légumes

Des carottes, des navets ou encore des betteraves en chips. L'idée est alléchante. Après tout, on mange des légumes. Fausse bonne idée. « Les chips de légumes n'ont pas un interêt nutritionnel supérieur aux chips traditionnels avertit Eleonore de Richecour, le processus de préparation est similaire. Les huiles utilisées sont des huiles de friture telles que l'huile de tournesol qui n'a pas un grand intérêt pour la santé ». 

Et comme pour les chips de pomme de terre, les légumes ont été cuits à haute température. Résultat : il ne reste pas ni vitamines, ni minéraux. « Il est préférable de faire ses chips 'maison' pour un meilleur contrôle sur la qualité de l'huile et la température de la cuisson. On privilégiera l'huile d'olive et une cuisson basse température. Le mieux reste de remplacer les chips par des crudités comme des bâtonnets de carottes, radis, concombre que l'on accompagnera de tapenades et autres préparations maison ».

Les glaces à l'eau et à la crème

Après la plage ou pendant une balade, une pause glacée est rarement refusée. Et pourquoi pas une glace à l'eau ? Ne vous fiez pas à son nom. « Les glaces à l'eau ont certes moins de matières grasses que celles à la crème, mais elles contiennent aussi du sucre » indique Eleonore de Richecour. L'absorption du sucre est similaire au smoothie. Puisque la glace à l'eau ne contient pas de fibres, le sucre arrive rapidement dans le sang et provoque un pic de glycémie. Une à deux heures après, vous êtes en hypoglycémie et avez besoin de sucre. 

Avec la glace à la crème, le sucre n'arrive pas aussi vite dans le sang. «Elle est certes plus calorique, mais la présence de matières grasses freine la hausse de la glycémie dans le sang ». Eleonore de Richecour n'interdit évidemment pas la consommation de glaces, mais « elle doit rester un plaisir occasionnel ». La spécialiste glisse au passage qu'une activité physique est recommandée pour éliminer les effets du sucre sur notre corps.

© UNSPLASH/Norbert Levajsics

Le granité

Le granité est une autre boisson de l'été. « C'est un peu l'équivalent d'un cocktail. Le granité contient du citron. Pour baisser l'acidité de ce dernier, une quantité importante de sucre est ajoutée. Une fois encore, le sucre arrive vite dans le sang. On en voudra toujours plus par la suite». L'eau reste le meilleur allié pour le corps. « On peut varier les plaisirs avec des eaux aromatisées. Il suffit d'y ajouter des fraises, des framboises ou encore des herbes aromatiques telles que la menthe ou le basilic pour donner une touche fraîche à votre eau ».

Les olives

Les olives sont un peu paradoxales. « C'est un produit qui reste gras, mais il est intéressant. Il regorge de fibres et de bonnes huiles ». On peut donc en manger, mais prudence sur les proportions. « Il ne faut pas s'enfiler tout le pot non plus pendant l'apéritif ». Olives vertes ou olives noires, il n'y a pas de différences. Mais attention cependant aux olives noires. «Certaines ont cette couleur grâce à un colorant noir. Elles sont teintées avant d'arriver à maturité. Ces olives noires sont donc vertes » avertit le diététicienne. Elle enchaîne : « il faut bien les choisir. Rien de mieux que de se rendre chez un producteur local sur des petits marchés ».

© UNSPLASH/Norbert Levajsics