Le Guide Michelin a confirmé vendredi à l'AFP avoir rétrogradé dans son édition 2020 le restaurant Paul Bocuse, fleuron de la gastronomie française, estimant que "la qualité de l'établissement demeurait excellente mais plus au niveau d'un trois étoiles". 

La famille Bocuse et l'équipe à la tête du célèbre établissement de Collonges-au-Mont-d'Or se sont dit bouleversées vendredi par la perte de cette troisième étoile. Le patron du célèbre guide rouge, Gwendal Poullennec, s'est rendu jeudi dans l'établissement de la région lyonnaise pour faire cette annonce, a précisé Elisabeth Boucher-Anselin, directrice de la communication des activités gastronomiques et touristiques de Michelin.

Alors que des critiques disaient déjà bien avant le décès de Paul Bocuse il y a deux ans que l'adresse n'était plus à la hauteur, "des inspecteurs se sont rendus plusieurs fois en 2019 dans l'établissement" et ont conclu "que la qualité demeurait excellente mais plus au niveau d'un trois étoiles", a-t-elle dit.

"On doit être juste pour les clients", "le guide Michelin est d'abord fait pour ceux qui vont au restaurant".

L'annonce de cette rétrogradation survient après celle de Marc Veyrat l'an dernier, qui a intenté et perdu un procès contre le guide.

Star parmi les stars des fourneaux, Paul Bocuse est mort à 91 ans en laissant derrière lui un empire comptant notamment la célèbre Auberge du Pont de Collonges, qui détenait sans discontinuer trois macarons depuis 1965.

Le guide Michelin dévoilera son palmarès le 27 janvier.

"Bien que bouleversés par le jugement des inspecteurs, il y a une chose que nous souhaitons ne jamais perdre, c'est l'âme de Monsieur Paul", ont souligné dans un communiqué la famille, le directeur général du restaurant Vincent Le Roux "et tout l'équipage".

Alors que le restaurant est fermé pour travaux, les signataires soulignent avoir tous appris chacun de leur côté la rétrogradation de l'établissement. L'établissement souligne avoir présenté un nouveau concept "La Tradition en Mouvement" dès le mois d'octobre 2019, pour répondre aux possibles critiques des inspecteurs du Michelin.

"Jugée exceptionnelle par bon nombre de nos clients, d'experts gastronomiques ou journalistes, cette expérience prendra toute sa dimension dès notre réouverture le vendredi 24 janvier", assure-t-il.

Paul Bocuse, disparu il y a deux ans "était un visionnaire, un homme libre, une force de la nature, et c'est dans cet esprit que nous avons construit (cette) nouvelle expérience. Depuis Collonges et du fond du cœur, nous continuerons à faire vivre le Feu Sacré avec audace, enthousiasme, excellence et une forme certaine de liberté", affirment les signataires.

© AFP