Des effets sur le long terme.


Quand certains ont toujours la gueule de bois post-réveillon, d'autres ont déjà pris de bonnes résolutions : ne pas boire une goutte d'alcool en janvier. C'est le conseil simple et détox du « Dry January ». Et comme l'explique une étude menée par l'Université de Sussex et relayée par Paris Match Belgique, il y aurait plusieurs raisons de s'y mettre.

Bon pour la santé... et le porte-feuille

Sur les 800 Britanniques suivis durant l'année écoulée, plus de deux tiers ont mieux dormi quand la moitié a perdu du poids. 88 % avaient même fait des économies et nombreux sont ceux qui ont ouverts les yeux : 71 % ont réalisé qu'il ne suffisait pas de boire pour passer un bon moment. Surtout, ces effets ne se limitaient pas au seul mois de janvier, ils étaient ressentis… jusqu'en août ! Durant les sept mois suivants, les personnes interrogées buvaient un jour de moins durant la semaine, et elles n'étaient ivres que 2,1 fois dans le mois contre 3,4 fois auparavant. « Ne pas boire d’alcool pendant 31 jours nous montre que nous n’en avons pas besoin pour nous amuser, pour nous détendre, pour socialiser », a notamment souligné le Dr Richard Piper, président d'Alcohol Change UK. Prêts à tenter le défi ?