Mal aimées, les pommes de terre ont pourtant de grandes vertus pour notre organisme. Pour faire taire les rumeurs, voici les conseils peps de la coach holistique en nutrition, Aline Ways.

La pauvre pomme de terre a mauvaise presse en ce qui concerne notre santé. On dit souvent qu’elle fait grossir. Certes, elle a un index glycémique élevé, ce qui signifie qu’elle augmente beaucoup le taux de sucre sanguin. Mais cette mesure tient compte de l’effet des aliments isolés. Or il est rare de la consommer sans protéines (viande, poisson) et sans lipides (beurre, huile, crème fraîche) qui tous deux vont ralentir la vitesse à laquelle les glucides entrent dans le sang.

Les pommes de terre ont un grand avantage, c’est leur capacité à satisfaire la faim longtemps. On s’en était aperçu en les mangeant, mais cela a été étudié scientifiquement, avec un nouvel outil de mesure pour les aliments : l’index de satiété ! Conçue à l’université de Sydney afin d’aider les patients diabétiques à contrôler leur glycémie, cet index mesure la capacité d’un aliment à satisfaire la faim, en prenant comme référence le pain blanc à une valeur de base de 100. Or la pomme de terre se trouve en tête du classement à 300 !

Riche en potassium (plus encore que les bananes), en vitamines C (il empêchait les marins d’avoir le scorbut), B6, acide folique, chrome, cuivre, manganèse et fibres, la pomme de terre a aussi des qualités anti oxydantes et contient des flavonoïdes ayant une activité protectrice contre les maladies cardio-vasculaires, les troubles respiratoires et certains cancers. Elle contient également des composantes qui diminuent la pression artérielle, que l’on trouve aussi dans les baies de goji, qui elles sont très chères !

La pomme de terre a même une place importante dans le régime Gerson, développé par le Gerson Institute à San Diego, une organisation sans but lucratif qui propose un traitement alternatif et non toxique pour le cancer et d’autres maladies dégénératives. C’est sa richesse en nutriments qui a séduit le docteur Gerson, notamment le potassium, car il considérait que l’équilibre potassium/sodium était un facteur clé pour rétablir la santé.

Donc si vous aimez les pommes de terre, ne vous en privez pas ! La plupart des effets néfastes que l’on lui attribue n’ont rien à voir avec la pomme de terre en soi. Le problème c’est sa préparation. Si l’on consommait le brocoli à la friteuse avec beaucoup de sel et des mayonnaises industrielles, serait-il toujours considéré comme sain ? Bouillies puis rissolées, ou cuites au four, elles vous offriront tous leurs bienfaits!

Plein d'autres conseils sur le blog de Aline : www.alineways.be