L’été est à nos portes et l’envie de trinquer à une certaine normalité retrouvée aussi. Voici deux petits vins, un blanc, un rouge, qui pourront être de tous les apéros et les barbecues.

Du vin blanc jeune et aromatique, vif avec une petite pointe d’acidité bienvenue pour lui éviter d’être raplapla, affichant un 11.5° tout à fait rafraîchissant. Avec en plus un bouchon à vis ou un bouchon à ouvrir de façon classique. Le tout en culture bio et biodynamie et à un prix tout à fait raisonnable : 10.50€. Ce petit vin porte le nom de Blanc de Pacs et le design de la bouteille sobre en font jaune s’accorde parfaitement à l’été… Tentant, non ? Surtout si on vous dit qu’on a trouvé son petit frère rouge, le Mas Petit, jeune mais plein d’intensité, un vin d’assemblage solide, tannique et aromatique qui marche parfaitement avec les grillades et qui affiche 9.50€ chez les vins Pirard.

Ces vins espagnols viennent du domaine Parès Balta, situé dans le nors-est de l’Espagne, à 35 km de la mer et pas très loin de Barcelone. L’histoire est belle : là-bas, on cultive depuis 1790 la terre, 60ha de vignes perdues au milieu d’un parc naturel de 600 ha. Et on fait encore vivre des vins que l’emblématique grand-père des deux frères désormais à la tête du domaine produisait lui-même. Les deux oenologues de Parès Balta ne sont autres que les épouses des petits-fils ! Energiques, pleines de passion, les deux femmes ont désormais fait reconnaître par une certification bio depuis 2003 la philosophie de la famille qui a toujours été de respecter l’environnement.

Et jouer avec les vignes…

© DR

Depuis 2014, les deux pros et leur équipe travaillent en biodynamie. Un vrai atout pour le vin ? A cette question, le sourire de Marta Casas s’élargit et ses yeux noirs pétillent : "C’est ce que tout le monde veut savoir ! Moi je dis qu’il n’y a pas de changement direct d’une année à l’autre. La biodynamie, ça change tout dans la globalité et pour toujours : l’observation des choses du domaine, notre façon de penser notre métier et la sensation que l’on a du vin. On se met à travailler et à penser la vigne et le vin différemment. Peu à peu s’installe un changement dans la végétation autour de la vigne qui nourrit la force de celle-ci. C’est un phénomène de transmission et d’informations qui se met en place entre toi et la terre, une sorte de vibration positive. Cela se ressent ! A ton tour, tu agis aussi positivement… et tu as le retour. Et franchement, je trouve les vins meilleurs chaque année mais ce n’est pas toujours la même amélioration" .

Résultat : à Parès Balta, on n’a plus peur de rien puisque le vin vous le rend bien… Par exemple, de curieuses expériences de vin vieillissant en damejeanne ont pris place au pied d’un arbre, dehors, en proie aux changements climatiques depuis 1 an. Marta goûte régulièrement et elle promet « quelque chose ! » De même chaque année, des microcuvées naissent, moins de 500 bouteilles produits lors des meilleurs millésimes.

Le caviste Pirard, séduit par l’audace, le respect du raisin et l’envie d’exprimer le terroir des doeux jeunes oenologues en importe 4 en Belgique : les deux petits au caractère si jovial, Blanc de Pacs et Mas Petit, de même que deux vins plus matures, le Calcari, un blanc plus frais, plus minéral, plus charmeur né d’une terre calcaire et l’Indigena, le rouge grenache de la montagne, venant d’une terre d’argile et de caillou qui lui donne une typicité fraîche avec un nez de violette.

Quatre bonheurs à ne pas bouder cet été !

> Blanc de Pacs, 10.50€, Mas Petit, 9.50€, Calcari, 14.50, Indigena, 14.50€ chez Vins Pirard

© DR