Les sorbets sont-ils vraiment plus light que les crèmes glacées ? En termes de calories, il y a une vraie différence : en moyenne 80 à 130 kcal pour 2 boules (100 g) de sorbet contre 200 à 250 kcal pour 2 boules de crème glacée, selon la recette. La crème glacée est fabriquée à partir de matières grasses animales (lait, crème, parfois œufs) donc beaucoup plus riche en lipides et en acides gras saturés. Elle est grasse et sucrée, mais apporte un peu de calcium (13 % des apports journaliers recommandés environ pour 2 boules). Les sorbets, eux, se composent uniquement d’eau, de sucre et de fruits. Ils ne sont pas gras, mais restent très sucrés. Ils ont l’avantage d’apporter quelques vitamines et antioxydants des fruits : jusqu’à 10 % des AJR.

Les glaces au yaourt sont-elles plus diététiques ? Pour rester onctueuses, elles sont souvent fabriquées à partir de yaourt à la grecque, deux fois plus calorique qu’un yaourt classique, et/ou de crème. Et surtout, ces glaces sont rarement nature et s’accom­pagnent de toppings type coulis qui font grimper l’addition calorique. Une glace au yaourt peut donc être aussi grasse et sucrée qu’une autre crème glacée.

Comment bien choisir son sorbet ? Plus il est riche en fruits, mieux c’est. Cela peut aller jusqu’à quasi 70 % de fruits, on se rapproche alors d’un sorbet maison ! L’idéal est d’opter pour un sorbet “plein fruit” qui doit légalement avoir une teneur minimale en fruits de 45 % (20 % pour les fruits acides type agrumes et forts en saveur type banane) contre 25 % pour un sorbet classique. Mais ça ne compte pas comme un fruit frais, car il y a très peu de fibres et beaucoup de sucre ajouté !

Comment bien choisir sa crème glacée ?

Plus il y a d’ingrédients (coulis de chocolat, sauce caramel, éclats d’amandes ou de noisettes, morceaux de cookies…), plus c’est transformé et plus on risque d’y trouver des additifs. Elle devient aussi beaucoup plus calorique. Préférer les parfums simples type vanille, chocolat, pistache, café, noix de coco…

Quels ingrédients éviter ?

Celui qui est quasi incontournable dans les glaces en pot, c’est le sirop de glucose (ou de glucose-fructose), utilisé à la place du sucre pour obtenir une texture onctueuse. Or, c’est l’un des pires sucres, très transformé, avec un index glycémique très élevé, et mauvais pour le foie et le système métabolique à long terme. En dehors des sucres ajoutés, attention aussi aux additifs : les émulsifiants type mono et diglycérides d’acides gras peuvent provenir de l’huile de palme et favoriseraient l’inflammation intestinale. Les épaississants naturels type gomme de guar ou caroube, eux, ne posent pas de problème.

Que valent les crèmes glacées végétales ?

Nouvelles venues sur le marché, les glaces sans lait de vache ni beurre ni crème sont intéressantes pour les intolérants au lactose ou ceux qui ont décidé d’adopter une alimentation “vegan”. Elles ne sont pas forcément fabriquées à base de jus végétaux, type jus de coco, d’amande ou de soja mais souvent à base d’huile végétale, notamment l’huile de coco particulièrement riche en acides gras saturés. Elles sont donc souvent plus grasses qu’une crème glacée classique et contiennent plus d’additifs. On garde en tête que les sorbets sont naturellement “vegan” et moins transformés.

Les glaces bios sont-elles forcément meilleures ?

Même si c’est mieux d’avoir des fruits bios dans les sorbets et que c’est l’assurance d’une glace sans colorants ni arômes artificiels, les ingrédients type sirop de glucose, sirop de riz, sirop de maïs… sont autorisés et souvent au rendez-vous. Cela n’empêche donc pas de scruter la composition.

À savoir !

Mieux vaut les manger en fin de repas qu’au goûter. Car comme tous les produits sucrés et “liquides”, avec peu de mastication, leur index glycémique est très élevé : le sucre vite assimilé dans le sang peut causer un pic de glycémie. La consommer à la fin du repas réduit cet effet, car le sucre est mélangé aux fibres et à d’autres nutriments.Cependant, selon la sensibilité des intestins, terminer par un aliment très froid peut aussi gêner la digestion. Dans ce cas, mieux vaut attendre un peu.

Sont-elles forcément plus saines chez le glacier ?

Même les fabricants de glaces artisanales utilisent souvent du sirop de glucose pour l’onctuosité. Cependant, la charte qualité “Glaces artisanales de France” garantit la qualité des ingrédients, sans colorants ou arômes artificiels par exemple, et un savoir-faire traditionnel dans la fabrication.