"Les ballonnements et flatulences touchent 20 à 40 % de la population", révèle la gastro-entérologue Ariane Gerkens. La cause la plus fréquente en est la constipation. Qui elle-même est en partie causée par notre sédentarité. Une autre cause de ballonnements et de malaise gastro-intestinal est liée à la malabsorption de sucres contenus dans certains aliments.comme le lait animal, les fruits, le blé, le seigle, l’orge mais aussi les crucifères, les asperges, la betterave ou encore les légumes secs… et les confiseries à base d’édulcorants.

Enfin, on peut parler du syndrome de l’intestin irritable "qui est toujours accompagné de douleurs abdominales et de troubles du transit" (selon les critères de Rome IV) qui est aussi très fréquemment associé à des ballonnements.

Sans souffrir d'une pathologie précise, voici des astuces qui permettront de calmer le jeu du côté de ses intestins. Et comme on a rien sans rien, il faut changer ses habitudes, cela ne se fait pas d'un jour à l'autre malheureusement. A part peut-être en ayant recours à la camomille !

10 gestes à introduire dans ses habitudes alimentaires

Passer plus souvent aux cuissons douces. Cela évite de produire des composés toxiques. On pense étouffée, wok, cuisson basse température au four, et cuisson vapeur ou papillotes. Ensuite, il n'y a qu'à saupoudrer d'épices et d'aromates et de verser de l'huile d'olive, de colza, de lin, de noix... c'est délicieux.

2/3 de légumes dans l'assiette. Ils sont plein de fibres, on favorise les légumes cuits.

Penser à mastiquer. En broyant au mieux les aliments et en les imbibant bien de salive, ils seront plus correctement et plus vite digérés.

S'écouter. Vous sentez qu'en mangeant un sandwich le midi votre ventre gonfle gonfle gonfle ? Vous ressentez de l'inconfort après lait, laitage, fromage : essayez de vous en passer durant au moins deux semaines (uniquement cela et observez-vous, notez dans un carnet, cela vous permettra de mieux suivre l'effet ou non de cette suppression).

Eviter la farine blanche. Vous adorez le pain, continuez à en manger mais intéressez-vous à ce qu'il y a dedans : levain, multi-céréales, sarrasin et pain artisanal seront mieux assimilés par l'organisme.

Manger un fruit en dehors des repas pour ne pas que celui-ci macère dans l'estomac avant d'être digéré.

Limiter le café. C'est un agresseur et l’effet laxatif du café conduit à des diarrhées et d’inconforts. Cela dit, c'est très variable d'une personne à l'autre. TOut est dans la mesure...

Manger régulièrement des légumineuses. Les légumineuses sont très bonnes pour la santé mais ont tendance à faire gonfler et à provoquer des flatulences. Le truc c'est qu'en les consommant régulièrement, le microbiote va s'adapter. Et si on les fait tremper (une nuit au moins), cela facilitera la digestion des substances à l’origine de gaz.

Pensez poisson. Plutôt que viande et charcuterie à chaque repas, variez. En plus, les poissons se prêtent plus que les viandes à des cuissons digestes et dépourvues de toxicité (vapeur, étouffée...).

Avoir un stock de camomille. La camomille atténue les symptômes d’une mauvaise digestion : douleurs abdominales, ballonnements, gaz, nausées, car elle contient de nombreuses substances apaisantes, antispasmodiques et anti-inflammatoires (polyphénols antioxydants, flavonoïdes, mucilages, bisabolol…). Grâce à son effet anxiolytique, elle calme les crampes d’estomac et les spasmes digestifs déclenchés par une émotion. On peut également compter sur ses propriétés anti-diarrhéiques, en particulier lorsque le transit est accéléré de façon chronique. "Elle est légèrement antifongique, ce qui peut être un atout en cas de dysbiose, c’est-à-dire un déséquilibre du microbiote" , nous expliquait le Dr Jean-Michel Morel.

L'utilisation est simple : en tisane, il s'agit de verser de l'eau chaude sur une pincée de fleurs à laisser infuser 10 à 12 minutes, on en prend 2 à 3 tasses par jour.