Faire chambre à part, un bonheur partagé ?

Les études scientifiques sur les bienfaits de partager le même lit se contredisent.

A.D.

Selon une étude*, à Bruxelles, 50% des couples ne dorment pas ensemble, contre 24% en Wallonie et 29% en Flandre. Dans notre pays, ce choix est pourtant un sujet tabou et honteux. Faire chambre à part sonnerait le glas de l’intimité. Cependant, bien que tue, cette tendance n'est donc pas si rare que ça. La première raison évoquée est le désagrément causé par les ronflements de Chouchou. Ensuite, les troubles du sommeil, comme l’insomnie, le besoin d’avoir son espace à soi, les habitudes nocturnes qui diffèrent, etc.

Le lit commun, une contrainte sociale obligatoire ?

Les études scientifiques sur les bienfaits de partager le même lit se contredisent. Certains experts, comme la neurologue américaine Rachel Salas, pensent que dormir à deux génère l’ocytocine dite “l’hormone de l’amour”. Celle-ci permet au corps de se détendre, favorise la guérison et réduit la tension artérielle. Seulement, dormir avec son partenaire n’est pas toujours de tout repos. Selon les spécialistes, il nous faudrait huit heures de sommeil pour bien récupérer et être en pleine forme le lendemain. Évidemment, c’est une moyenne qui varie en fonction des besoins de chacun.

Des chercheurs canadiens de l’université Ryerson ont analysé la qualité de sommeil de plusieurs couples et se sont rendu compte que ces derniers n’atteignaient jamais la phase profonde du sommeil. En cause, les mouvements et les bruits émis par leur conjoint. Ces perturbations nocturnes engendrent des réveils difficiles, des sautes d’humeurs, des comportements agressifs qui peuvent altérer l’harmonie du couple. Pour de nombreuses personnes, ne plus faire lit commun est le tue-l’amour parfait. D’autres voient dans cette séparation une opportunité de raviver la passion des débuts, en improvisant des rendez-vous coquins au milieu de la nuit ou à la pointe du jour.

Quoi qu’il en soit, l’important est de permettre à chacun d’être reposé, même si cela signifie que notre cher et tendre dorme dans la chambre d’à côté. Pour préserver son couple, des solutions peuvent être aménagées. Si vous souffrez des ronflements de votre chéri, des bouchons d’oreilles en cire peuvent vous être grandement utiles. Si vous avez besoin de faire l’étoile de mer au milieu du lit, acquérez un King Size.

À chaque couple de trouver l’arrangement nocturne qui lui sied le mieux, en déplaise aux mauvaises langues.

*Enquête demandée par la chaîne hotelière Ibis dans le cadre de la Journée mondiale du sommeil et réalisée par Opinion Matters auprès de 1.006 Belges en septembre 2013.