Mens sana in corpore (Via) sano

Nouveau coup d'envoi de ce programme de prévention de l'obésité et du surpoids chez les enfants. Objectif: manger équilibré et dénicher tous ces petits moments de la journée où l'on peut bouger, tout simplement.

Laurence Dardenne

Nouveau coup d'envoi de ce programme de prévention de l'obésité et du surpoids chez les enfants. Objectif: manger équilibré et dénicher tous ces petits moments de la journée où l'on peut bouger, tout simplement.

TROIS, DEUX, UN… ET C’EST REPARTI pour un tour. Sur le manège de Viasano, un plan d’action national dont l’objectif est la prévention de l’obésité et du surpoids des enfants. Le principe de cette initiative consiste à mobiliser tous les acteurs locaux de la ville : écoles, restaurants scolaires, associations, clubs sportifs, plaines de jeux, écoles de devoirs, commerçants, professionnels de la santé… pour aider les familles à modifier leur mode de vie en profondeur et durablement.

En se basant sur les recommandations scientifiques officielles, Viasano encourage les familles à adopter une alimentation équilibrée, diversifiée, abordable et plaisante, ainsi qu’une pratique d’activité physique accessible à tous. C’est aussi simple que ça. Dans 18 villes du pays (*), des actions diverses viseront ainsi à sensibiliser les enfants mais aussi les parents sur l’importance de bouger une heure par jour, au moins.

C’est que les chiffres de notre progéniture sont plutôt désastreux : d’après la HBSC (Health behaviour in school-aged children), à peine plus d’un Belge sur dix (13,1 %) âgé de 12 à 18 ans répond à cet objectif. Nos petits compatriotes se situent ainsi sous la norme européenne. Les petits Belges âgés de 10 à 12 ans passeraient 60 % de leur journée assis ou vautrés sur les bancs de l’école, devant la télévision ou l’ordinateur. Et quand on sait que 60 % des enfants prépubères en surpoids le resteront pendant leur vie adulte, on aurait bien envie d’un peu les secouer.

Mais pourquoi donc tant de sédentarité ? Manque de temps, prétendent-ils, mais aussi d’intérêt, de motivation et limitations physiques. L’argument financier vient ensuite : les coûts d’inscription à un club de sport et l’équipement nécessaire étant jugés trop élevés. À cela, Viasano rétorque que bouger ne coûte pas forcément cher. Les 60 minutes quotidiennes pour un enfant et les 30 minutes recommandées pour un adulte peuvent être facilement atteintes. Pour cela, il suffit d’adopter les bons réflexes et de sauter sur toutes les occasions qui se présentent.

C’est précisément l’esprit de la campagne Viasano qui vise à insister sur tous ces “petits” moments de la journée où l’activité physique peut être intégrée. Que ce soit sur le chemin de l’école ou du travail, dans la cour de récréation ou pendant les pauses au boulot, pendant les tâches quotidiennes à la maison, ou le week-end lors des sorties en famille.

Pour expliquer cela, Viasano a développé une série d’outils mis à disposition des villes participantes, afin d’être utilisés dans les écoles ou lors d’activités communales. Il y a ainsi un jeu de mimes destiné à faire découvrir différentes formes d’activité physique aux enfants; un livret où l’enfant est invité à noter toutes ses activités physiques, un jeu pour aider les enfants à comprendre les bénéfices de l’exercice pour le cœur, les poumons, les os, les muscles. Et tout et tout…

(*) Les villes qui participent sont, en Wallonie : Comines-Warneton, Flobecq, Herstal, Jurbise, Liège, Marche-en-Famenne, Mons, Mouscron, Nivelles, Pépinster, Rochefort et Tubize. À Bruxelles, Jette et Woluwé-St-Pierre. En Flandre : Hasselt, Huldenberg, Schilde et Dilsen-STokkem.

Pour en savoir plus : www.viasano.be