Fini de culpabiliser ! La qualité du temps passé avec nos enfants prime sur la quantité

Le volume de temps consacré à notre progéniture n'aurait pas un impact si important sur leur bien-être et leur développement personnels.

Rédaction lifestyle

Le volume de temps consacré à notre progéniture n'aurait pas un impact si important sur leur bien-être et leur développement.

Vous culpabilisez de ne pas passer assez de moments avec vos enfants ? Et pourtant, selon une nouvelle étude américaine*, le volume de temps consacré à notre progéniture n'aurait pas un impact si important sur leur épanouissement personnel. C'est plutôt la qualité de ces instants qui jouera sur celui-ci.

Pour arriver à ce résultat, des sociologues de l'Université de Toronto ont analysé le temps que les mères actives dédiaient à leurs enfants et son incidence potentielle sur leur développement et leur bien-être.

Dans un premier temps, ils se sont penchés sur un échantillon représentatif d'enfants âgés de 3 ans à 11 ans. Une première fois, en 1997 et une deuxième fois, en 2002. Les chercheurs n'ont trouvé aucune corrélation entre le volume de temps passé avec leurs parents et leur réussite scolaire, leur comportement, leur bien-être. Toutefois, à l'adolescence, les scientifiques ont remarqué que si le jeune passait en moyenne six heures par semaine avec sa cellule familiale, il risquerait moins de tomber dans la délinquance, de se droguer, de surconsommer de l'alcool, etc.

En conclusion, c'est la qualité du temps qui prime sur la quantité. S'impliquer dans des activités, partager des moments intimes avec ses enfants serait plus bénéfique que de passer le double du temps en leur compagnie devant la télévision.... En outre, un parent stressé, fatigué aurait une influence négative sur ses bambins...

Un seul point n'a été pas abordé par l'étude : quelle est la quantité minimum de temps à leur apporter ?

*parue dans Journal of Marriage and Family