Hommes et femmes, inégaux face aux ruptures amoureuses

Une étude américaine prétend que les femmes seraient plus blessées que les hommes après une rupture. Pourquoi ?

Hommes et femmes, inégaux face aux ruptures amoureuses
©Extrait de "Blue Valentine"
Rédaction lifestyle

Chagrin interminable, perte de poids, dépression... Les femmes seraient plus abattues que les hommes après une rupture amoureuse. C’est la conclusion d’une étude réalisée par l’université d’Etat de New York et par l’University College London. Pour arriver à ce constat, 5705 personnes de 96 pays ont été interrogées sur leur expérience de rupture amoureuse. Ils devaient répondre à des questions comme "Comment avez-vous vécu cette rupture d'un point de vue émotionnel"? , ou "De qui est venue l'initiative de la rupture, selon vous ?".

Il ressort des témoignages que les femmes sont sensiblement plus touchées que les hommes lors d'une rupture. La moyenne de leur douleur est de 6,84 sur 10, 10 étant la douleur la plus élevée. Les hommes eux ont situé leur douleur à 6,58. 

Craig Morris, l’un des chercheurs de cette étude, explique ces résultats par le fait que les femmes s'investissent plus que leurs homologues masculins dans une relation. Mais, parce qu’on le sait, rien n’est simple en amour, les hommes traversent peut-être cette période plus facilement, mais s'en remettent moins vite que les femmes. Comme l'analyse Craig Morris, "l’homme va ressentir la perte plus profondément et sur le long terme à mesure qu’il intègre le fait qu’il doit se relancer dans la compétition pour remplacer ce qu’il a perdu. Cela peut être encore pire s’il comprend que la perte est irremplaçable". L’étude révèle aussi que ce sont les femmes qui mettent davantage fin aux histoires d’amour. Motif qui revient souvent ? Le manque de communication.

Sur le même sujet