En amour, la taille compte, celle de l'homme

Et si la réussite du couple dépendait de la taille du partenaire ?

Rédaction lifestyle
En amour, la taille compte, celle de l'homme
©REPORTERS

Et si la réussite du couple dépendait de la taille du partenaire ?

On le sait, certains critères poussent l'attirance d'une femme vers tel ou tel homme plus qu'un autre. On retrouve évidemment la gentillesse, la confiance, l'humour, le charme, et puis généralement le fait que le futur compagnon soit plus grand qu'elle. Et ce n'est clairement pas nouveau. Mais, un chercheur de l'université de Konkuk à Séoul affirme, lui, que plus l'écart de taille est important dans le couple, plus la compagne serait heureuse et meilleure serait la relation entre les deux partenaires.

Pour obtenir ce constat, Kitae Sohn s'est intéressé à 7850 femmes mariées. Il est parti de l'hypothèse que le sexe féminin est attiré par les hommes plus grands. Il a donc analysé la vie amoureuse de son échantillon durant plusieurs années et remarqué que les épouses étaient plus heureuses auprès de leurs maris lorsque ceux-ci étaient plus grands qu'elles. "Nous savions que les femmes préféraient les hommes grands pour des raisons évolutionnistes, mais aucune étude n'avait enquêté sur la manière dont cette taille pouvait influer sur le bonheur des femmes", explique le docteur Sohn à la revue Personality and Individual Differences. "L’une des raisons est intrinsèque. Les femmes aiment simplement les hommes grands, même si elles sont incapables d’expliquer pourquoi. C’est pareil que pour les gens qui aiment le gras, le salé ou les aliments sucrés sans trop savoir pourquoi", ajoute-t-il.

L'amour (avec un grand) dure 18 ans

Seulement, ce bonheur ne durerait que 18 ans ! (oui, pile poil!). Après ce nombre d'années en couple, l'effet s'amenuiserait. L'explication du chercheur semble cependant un peu floue : "Avec l'évolution, les femmes préfèrent les hommes grands, perçus comme forts, et sont donc naturellement heureuses d'avoir ce qu'elles veulent". Mais encore ? Comme elles ont obtenu ce qu'elles désiraient, les femmes seraient donc de moins en moins impressionnées par la taille de leur partenaire, "comme tous les objets convoités, le plaisir de les avoir décline avec le temps", déduit le scientifique. Il ajoute fort heureusement qu'une femme "pourrait aussi perdre les qualités qui lui auront permis d'épouser un homme grand, comme sa beauté, mais aussi un changement de comportement, que ce soit le manque d'affection, l'attirance vers d'autres femmes ou encore l'éloignement du foyer". Bref, une étude peu convaincante qui prouve une fois pour toute que l'alchimie entre deux êtres ne peut définitivement pas s'expliquer par des généralités.

Sur le même sujet