À vous... les désespérés de septembre

Voyons, en cette période de reprise, comment faire les choses en douceur en préservant les bénéfices de l’été. Une chronique de Julie Arcoulin, spécialiste en développement personnel et relationnel.

À vous... les désespérés de septembre
©REPORTERS
Julie Arcoulin

Voyons, en cette période de reprise, comment faire les choses en douceur en préservant les bénéfices de l’été. Une chronique de Julie Arcoulin, spécialiste en développement personnel et relationnel.


Bon nombre d’entre vous se sentent moroses, un peu déprimés et stressés à l’idée de reprendre le train-train quotidien. Nous avons lu beaucoup de choses sur la rentrée des classes et, donc, des enfants. Mais en tant qu’adulte, la rentrée peut aussi nous effrayer un peu.


Quels apprentissages pouvons-nous faire de cet été ?

Si le rythme de l’été vous convient, pourquoi ne pas vous demander comment vous pouvez faire pour garder ce rythme ? Qui a dit qu’il fallait attendre l’été pour ralentir ?

C’est vrai qu'en période estivale, tout fonctionne au ralenti, il y a moins d’embouteillages, les enfants ont un horaire plus flexible, les parents lâchent prise sur les heures de lever et de coucher,… Tout cela est vrai et réel. MAIS, n’y a-t-il pas moyen de s’accorder des pauses de temps en temps ?

Prévoyez des moments où vous n’avez rien de prévu justement. Remplir vos agendas et/ou celui de vos enfants n’est pas une mauvaise chose, mais ne rien prévoir et se reposer... c’est pas mal non plus.

Donc, si le rythme relax de l’été vous plaît, reproduisez-le pendant l’année ! Tirez-en les bonnes conclusions et faites les bons apprentissages. Vous pourrez, de cette façon, prolonger les effets bénéfiques de la période estivale.


Tout est une question d’équilibre

À vous... les désespérés de septembre
©REPORTERS


Je vous l’ai déjà dit et vous le redirai. Il est important de préserver un bon équilibre. Vous le savez, « équilibre » ne veut pas dire la même chose pour tout le monde. Il est donc important de regarder en arrière et d’observer ce qu’il se passait dans votre vie lorsque vous aviez le sentiment que tout était bien.

Parfois il suffit de petits ajustements pour retrouver cet équilibre-là.


Changez ce qui doit l’être

Une fois que vous avez fait cet exercice d’observation, vous pourrez mettre le doigt sur les petites choses à faire pour changer ce qui doit l’être. Et il n’y a plus qu’à…

Plus facile à dire qu’à faire vous me direz. C’est vrai. En consultation je dis toujours, « Ne faites pas le grand écart sans vous être échauffé ». C’est exactement la même chose. Prévoyez un week-end par mois durant lequel rien n’est prévu et où la course folle du temps peut s’arrêter un tant soit peu.


Continuez à vous faire plaisir

À vous... les désespérés de septembre
©REPORTERS


Vacances et été riment souvent avec petits plaisirs quotidiens. Encore une fois, pourquoi arrêter dès que la rentrée pointe le bout de son nez !?

Vous aimez les apéros improvisés, les barbecues entre amis, les moments détente dans le transat ou le fauteuil, la lecture de livres légers, CONTINUEZ à vivre ces moments durant toute l’année. Offrez-vous des parenthèses toute l’année. Effet prolongé garanti !


Après quoi courez-vous ?

« À quoi reconnaît-on les gens fatigués ? À ce qu’ils font des choses sans arrêt. À ce qu’ils rendent impossible l’entrée en eux d’un repos, d’un silence, d’un amour. (…) Le temps manque à leur temps. Ce qu’ils font de plus en plus, ils le font de moins en moins. La vie manque à leur vie » Christian Bobin

Cette citation de Christian Bobin, auteur et professeur de philosophie, reprise dans la newsletter d’Emergences, m’a beaucoup interpellée. J’ai moi-même fait ce constat cet été : à force de faire les choses vite, dans l’urgence, de se surcharger, de se dépêcher, tout perd de sa valeur.

Evidemment il y a des périodes folles dans la vie, des essors professionnels, des heureux événements privés et toute la farandole de bouleversements que l’on peut connaître dans une vie. Mais il est important d’être présent au moment présent de temps en temps.

Demandez-vous ce que ça changerait réellement dans votre journée si vous ne répondiez pas à tous les mails, si vous faisiez les choses sans vous stresser, si vous savouriez davantage votre déjeuner ou votre tasse de café du matin,… Qu’y a-t-il réellement comme enjeu si vous prenez le temps de vivre et de ralentir ?

Vous serez peut-être étonné(e) de ce qu’il se passe quand on lève un peu le pied…

À la semaine prochaine.

>> Les événements de la rentrée de Julie ArcoulinSuivez-moi sur Facebook


Sur le même sujet