L’argent de poche de nos enfants : tout bénéf pour eux... et pour nous !

L’argent fait partie de nos vies, et il revient aux parents de tempérer les extrêmes, d’aider les enfants à devenir autonomes dans la gestion de leur budget.

Nathalie Vancrayenest

Lors de consultations pour leurs adolescents en manque de motivation, les parents me font souvent part du fait qu’ils ont essayé beaucoup de choses pour les motiver et notamment d’augmenter ou de supprimer l’argent de poche. La chronique de la coach parentale et scolaire Nathalie Vancrayenest.

L’argent de poche comme toutes les sources de motivations externes ne sont pas très efficaces ! Par contre, il recèle des vertus pédagogiques non négligeables dans une société de consommation comme la nôtre.

L’argent de poche que l’on offre à un enfant permet de mettre l’argent à une juste place dans une société où celui-ci fascine un grand nombre d’entre eux.

Le rapport à l’argent s’organise très tôt dans la vie d’un enfant, il variera d’un individu à l’autre au sein d’une même fratrie, en fonction d’un grand nombre de facteurs : comme l’identification à un parent, la place dans la fratrie, les interactions familiales, les copains…

L’argent fait partie de nos vies, et il revient aux parents de tempérer les extrêmes, d’aider les enfants à devenir autonomes dans la gestion de leur budget. Le parent devra apprendre à l’enfant « Cigale » à économiser, à postposer une dépense, à renoncer à une satisfaction immédiate pour satisfaire une envie plus dispendieuse ultérieurement. Il devra aussi donner l’autorisation de dépenser pour le plaisir à l’enfant « Harpagon » qui thésaurise sans jamais se faire plaisir. L’autonomie financière ne va pas de soi, elle s’apprend !

L’argent de poche est un don que les parents accordent à leurs enfants, celui-ci exprime la confiance dans les capacités de l’enfant. C’est pour cela que vous ne jugerez pas sa manière de dépenser et que vous n’interviendrez pas, sauf en cas d’achats dangereux : armes, alcool, tabac et autres substances illicites ! Dans ces cas, une discussion s’impose sur le motif de ces achats.

Argent de poche mode d’emploi

L’autonomie financière n’apparaît pas spontanément, elle se développe progressivement, de la petite souris au compte bancaire. Pour respecter le rythme de l’enfant, les parents attendront qu’il en manifeste le désir et cela est envisageable à partir de 6-7 ans.

Avant 6 ans, on ne parle pas d’argent de poche, les quelques pièces jaunes octroyées sont un jeu pour faire comme les grands, lorsque le grand frère ou la grande sœur reçoit son argent de poche, quand les grands-parents reviennent de vacances et toutes les autres occasions. Ces petites pièces sont des trésors, mais l’enfant n’a pas conscience de leur valeur.

L’argent deviendra plus concret à partir de 8 ou 9 ans, lorsqu’il maîtrisera les chiffres et sera capable d’effectuer des opérations mathématiques de base. Cette première approche de l’argent, à l’avantage de concrétiser les apprentissages scolaires. A cet âge les enfants adorent compter et recompter leur trésor, faire des plans sur ce qu’ils pourront acheter avec et dans combien de temps. Autant d’occasions de faire des mathématiques sans même y penser.

Dans cette première étape vers l’autonomie financière, les parents privilégieront de petites sommes de 1 à 2€, à un rythme hebdomadaire. Cette somme pourra être augmentée progressivement au cours de l’école primaire, la périodicité des dons ne devrait pas évoluer avant l’entrée en secondaire.

Avec l’entrée en secondaire et l’adolescence, les besoins augmentent et la demande d’autonomie aussi ! Si jusqu’ici, votre enfant n’a pas ressenti le besoin d’argent de poche, c’est que vous avez accédé à toutes ses demandes. Il est temps de lui apprendre à vivre en société et à gérer un budget !

A l’adolescence, il est important de bien calibrer les dépenses qu’il prendra en charge : cinéma, concert, cosmétiques, vêtements…pour arriver à un vrai budget ancré dans la réalité.

Evidemment entre 12 et 18 ans, les sommes allouées évolueront, la périodicité s’allongera graduellement pour devenir mensuelle. Prenez le temps d’évaluer les besoins de votre adolescent. Lui donner trop d’argent ne serait pas lui rendre service, il est préférable qu’il sente comme la plupart des familles qu’il n’en a jamais tout à fait assez. A l’inverse, lui accorder une somme ridicule serait un déni de l’adolescent qu’il est !

L’argent de poche est différent des enveloppes cadeaux, des étrennes que les enfants reçoivent lors des fêtes. Celles-ci devraient être destinées à des projets plus conséquents : l’achat d’un trampoline, d’un overboard, d’un vélo tout-terrain… ou pour satisfaire une envie en cours d’année et ne pas se fondre dans le quotidien.

Les écueils de l’argent de poche

L’argent de poche de nos enfants : tout bénéf pour eux... et pour nous !
©DR. Macauley Culkin dans "Maman, j'ai raté l'avion 2"

Votre fille, votre fils de 10 ans a le sens des affaires, et tente de tout monnayer, le moindre service devient payant. Dites stop ! Il est normal que les enfants participent à de petites tâches ménagères : ranger sa chambre, mettre et débarrasser la table… sans contrepartie. Par contre, les services occasionnels comme laver la voiture, ramasser les feuilles dans le jardin … peuvent faire l’objet d’une petite rémunération.

Votre enfant revendique plus d’argent de poche. Après, vous être assuré qu’il ne fait l’objet d’aucun chantage ou racket, expliquez-lui calmement, que c’est vous qui décidez de la somme que vous lui versez, que les comparaisons avec les copains sont sans objet puisque toutes les familles ont des habitudes de vie différentes.
L’argent de poche n’est pas une récompense, ni une punition, pour avoir une valeur éducative, il doit être sorti de tout chantage.

Votre « bout de chou » de 6 ans vient de dépenser 15€ en sucrerie, ne le grondez pas ! Souvenez-vous, c’est son argent ! Limitez les sommes que vous lui donnez. Faites les courses avec lui, qu’il puisse lire les étiquettes de prix et faire des comparaisons. Discutez avec lui de cette prodigalité ! (Cela cache peut-être un manque)

Surveillez discrètement ses dépenses, qu’il ne se fasse pas arnaquer, mais laissez-le se forger sa liberté de choix à partir de ses propres expériences.

Mais vous ne ferez pas de votre enfant « un sale gosse pourri par le fric ». En élevant vos enfants dans le respect du travail et des autres, vos valeurs face à l’argent seront un modèle important pour eux !

>> Suivez-moi sur Facebook  ou sur mon site : Grandir en Confiance