Parcours wellness en Allemagne, sans peur et sans pudeur

On sait que les stations thermales, comme à Baden-Baden, font partie de la culture allemande. Mais saviez-vous que les centres de bien-être et autres spas se déploient de plus en plus dans le pays ?

Par Laurence Dardenne, envoyée spéciale en Allemagne
Parcours wellness en Allemagne, sans peur et sans pudeur
©D.R.

On sait que les stations thermales, comme à Baden-Baden, font partie de la culture allemande. Mais saviez-vous que les centres de bien-être et autres spas se déploient de plus en plus dans le pays ?


A Baden-Baden, une expérience thermale pas banale

Amoins que la somptueuse façade du bâtiment de style Renaissance, qui se détache d’un ciel bleu roi, nous trompe, tout indique d’emblée que l’expérience à venir, et à vivre, ne sera pas banale. Majestueux, inauguré en 1877 au cœur de la somptueuse ville thermale de Baden-Baden au pied de la Forêt Noire, le Friedrischsbad en impose. Sans conteste. Après avoir gravi les marches du grand escalier qui mène au vestiaire, on devra vite admettre que le lieu tient ses promesses. Et même mieux,

D’étape en étape (le parcours en compte 17 pour une durée de 3 à 4 heures), on se laisse immanquablement charmer, bercer, impressionner, emporter, voire envoûter… par cette atmosphère si particulière. Comme immergé dans un autre temps, celui de ce temple balnéaire du XIXe siècle, qui fut à l’époque un des établissements du genre les plus modernes d’Europe.

Ou alors, se laisse-t-on intimider. Tel ce jeune Asiatique, venu découvrir l’endroit avec un ami. Manifestement perplexe, il déplie le drap de lit, long et étroit, qui a été déposé dans chaque casier du vestiaire. Un morceau de tissu de coton blanc, épais et bien amidonné, qui n’a pas l’allure du mœlleux essuie éponge auquel le visiteur semblait s’attendre. De quoi s’interroger et nous interpeller aussitôt sur l’usage de l’unique objet (si si) qu’il pourra emporter avec lui dans son humble aventure. Du moins jusqu’à la fameuse cinquième étape, celle du massage au savon et à la brosse.


Dans le plus simple appareil

Car le sait-il, l’expérience – unique – se déroule dans le plus simple appareil, nudité totale; certains jours de la semaine étant dédiés aux zones séparées, hommes et femmes, et les autres, à la mixité.

Tout naturellement, une fois l’appréhension pour certains dissipée. Ils et elles vont, dans un ordre bien établi et pendant un temps tout aussi délimité, d’abord passer sous une douche monumentale aux robinetteries impressionnantes d’où jaillit une eau thermale bouillonnante. Viennent ensuite deux séjours en air chaud (54° C) et même très chaud (68° C), où rêvasser, allongé sur une chaise longue en bois face à un paysage champêtre où des cigognes ornent les carrelages depuis des lustres.

Une douche rafraîchissante pour se sortir de cette douce torpeur et affronter l’étape suivante, le fameux massage au savon naturel et à la brosse, sur un lit de marbre. Savon dans une main et brosse arrondie dans l’autre, Laura pour elle et Harry pour lui, répètent leurs gestes. Frictionnant les corps avec plus ou moins d’énergie et de pression, selon que l’on préfère la version soft, medium ou hard.

EN IMAGES: Le Friedrischsbad de Baden-Baden


Questionné, Harry ne rechigne pas à répondre. “Si la moyenne d’âge des clients se situe entre 45 et 55 ans, il en vient de tous les âges. Ainsi ce monsieur de 96 ans qui, depuis 60 ans, effectue chaque semaine le parcours des 17 étapes. Il y a beaucoup d’Allemands, certes, mais aussi des touristes du monde entier : européens, américains, australiens… Ainsi que des Asiatiques et des Arabes, uniquement des hommes dans ce cas.” Et de nombreuses célébrités, pour ne citer que Bill Clinton ou George Clooney.

Avec en tête l’idée de s’être allongé au même endroit que le ténébreux acteur, il n’y a plus qu’à profiter des bienfaits de l’eau thermale. Dans les bains de vapeur à 45° C et 47° C ou dans les bassins, aux températures, formes et profondeurs variables  : bassin à 36° C, bain bouillonnant à 34° C ou bassin circulaire à 28° C. Sur le dos, contempler cette magnifique coupole qui surplombe le spectacle auquel assistent depuis toujours d’heureux angelots.

Première expérience de thermalisme ou pas, celle de Baden-Baden reste forcément inoubliable.

Baden-Baden. Sous la célèbre coupole, on se laisse volontiers flotter après le fameux massage à la brosse.
Baden-Baden. Sous la célèbre coupole, on se laisse volontiers flotter après le fameux massage à la brosse. ©D.R.

Parcours wellness en Allemagne, sans peur et sans pudeur
©D.R.


Plus d'infos: www.carasana.de

En Bavière, un spa familial sur près de 10 000 mètres carrés

Ce n’est qu’après avoir traversé des kilomètres de paisibles paysages et de forêts bavaroises que se découvre, à la lisière de la frontière avec la Tchéquie, la majestueuse bâtisse du Wellnesshotel Bayerwaldhof, aux balcons généreusement fleuris de géraniums. Si, aujourd’hui, devant ce champ de blé, l’établissement s’étale de tout son long pour déployer au pied des chambres quelque 10 000 mètres carrés d’espace bien-être, il n’est pas si lointain le temps où, en 1971, Josef et Erika Mühlbauer réalisaient leur rêve : ouvrir une petite pension familiale, un peu à l’écart, sur les hauteurs du joli village de Bad Kötzting. Six chambres au départ occupées le plus souvent par les amis et les gens du cru, un sauna et un restaurant, pour un hôtel rustique alors dépourvu d’accès vraiment carrossable. Soutenu dans leur projet par leurs frères et sœurs, le couple Mühlbauer a commencé, modestement, par adjoindre à l’hôtel une piscine couverte. Première d’une longue série.


Aujourd’hui, un véritable temple du bien-être

Rien à voir en effet avec le temple du bien-être où viennent à présent se détendre les nombreux fidèles de cet endroit accueillant. Aujourd’hui, l’entreprise toujours très familiale a été reprise par le fils, Thomas, par ailleurs champion de saut d’obstacles de haut niveau. Au milieu des clients – nombreux –, qu’il semble pourtant connaître personnellement, l’homme souriant apporte une chaleur, déjà bien rendue par l’endroit.

Choisir ce spa, qui possède sa propre source d’eau, c’est opter pour un lieu bien typique, où dans les salons, les restaurants et les couloirs déambulent en costumes traditionnels, les membres de l’équipe (près de 170 personnes !), tels des personnages tout droit sortis d’une autre époque ou d’un livre d’images. Dans ce décor rustique, dotés de matelas d’eau, les lourds lits de bois qui s’alignent dans les salles de relaxation cadrent parfaitement. Tout comme la plupart des éléments de décoration d’un style bien germanique, solide, rassurant et réconfortant à la fois. Jusque dans les cabines de beauté à l’opposé du style généralement épuré que l’on retrouve actuellement le plus souvent.

Dans le dédale de saunas, aux herbes ou au sel, dénommés Sole Dampsauna, Kräutersauna ou Aroma Dampsauna, c’est au bout d’une allée tracée entre deux murs de bûches, plongeant vers un petit lac créé artificiellement, que se pressent ce jour-là, comme la plupart du temps d’ailleurs, les clients. Aux abords du chalet, ils entrent et sortent du Teichsauna dans leur plus simple appareil. Avec simplicité et naturel, ils vont et viennent, du laconium à la whirlpool, en passant par le 4 senses lounger, toujours respectueux et disciplinés. “C’est dans la culture”, nous assure-t-on.

EN IMAGES: la majestueuse bâtisse du Wellnesshotel Bayerwaldhof


Avec les cosmétiques Klapp, “made in Germany”

Les Allemands, mais aussi les Suisses et les Autrichiens, de tous âges, apprécient de plus en plus ce type de séjour. Trois à cinq fois par an, ils viennent ici passer deux ou trois jours, pour se relaxer et se ressourcer loin du stress quotidien”, nous confie Thomas Mülbauer qui, s’il n’a cessé d’agrandir au fil des années ce qui est devenu l’un des plus grands centres de wellness de la région, tient toutefois à garder une dimension humaine et une certaine intimité à son hôtel bien typé.

Un cachet tout allemand, jusque dans les produits de soins qui sont utilisés dans la Beautyfarm, le vaste espace beauté lui aussi tout teuton. Et c’est donc sans surprise que l’on y trouve la célèbre marque cosmétique allemande de Monsieur Klapp, visionnaire dans son secteur comme la famille Mühlbauer fut en Allemagne précurseur dans le bien-être.

A 70 ans aujourd’hui, le personnage dénommé Gerhard, à la tête de ce fleuron allemand qu’est Klapp, continue à courir les salons du monde entier, traquant les dernières tendances du marché, nous assure la formatrice Senka Orec, elle qui imagine les rituels de beauté, dont ce soin visage. “Les hommes allemands aiment aussi de plus en plus se soigner. Pour autant que la texture du produit leur convienne, ils ne rechignent pas, loin de là, à prendre une heure de leur temps pour un soin visage.” Pour eux, elle a donc créé un rituel en cinq étapes, adapté aux spécificités de la peau masculine, côté fragrances mais aussi textures. Et Allemands ou pas, ces Messieurs semblent apprécier tout autant les gestes précis de l'esthéticienne que les produits…


Plus d'infos :

www.bayerwaldhof.de

www.klapp-cosmetics.com

Bad Kötzting. Avec ou sans maillot, c’est selon les zones au Wellness Bayerwaldhof.
Bad Kötzting. Avec ou sans maillot, c’est selon les zones au Wellness Bayerwaldhof. ©D.R.

Parcours wellness en Allemagne, sans peur et sans pudeur
©D.R.