Retrouver du temps pour soi n'est pas un luxe mais un besoin

Penser à soi n’est pas un luxe, c’est une nécessité pour notre santé, notre épanouissement personnel, familial et professionnel. S’accorder du temps est un choix. Qui dépend d’un adage : la perfection non, l’équilibre oui !

placeholder
© Shutterstock
Chrystèle Mollon

Maîtrisez votre horloge interne.

Afin de dégager du temps, vous devez mieux vous connaître, savoir à quels moments vous êtes le plus performant, gagnée par le sommeil… Pendant une semaine, notez vos activités quotidiennes, leurs horaires, leurs durées, et votre niveau d’énergie. Une fois que vous aurez compris comment votre corps fonctionne, vous adapterez votre comportement pour le respecter. Connaître votre horloge interne vous permettra d’organiser vos activités, de savoir quand mettre le paquet pour avancer, et quand vous poser et penser à vous.

Mettez le doigt sur tout ce qui vous fait perdre du temps.

Listez les activités qui vous semblent chronophages et qui pourtant ne mènent pas à grand-chose. Pour chacune d’elles, tentez de déterminer l’impact d’une non-réalisation, puis demandez-vous comment réussir à l’exécuter plus rapidement. Par exemple, prenez un quart d’heure chaque semaine avant d’aller au supermarché, pour prévoir les repas de la semaine et les courses en conséquence. Pour certaines tâches, notamment sur internet et les réseaux sociaux, il est important de vous fixer des limites temporelles avec un minuteur par exemple. Osez dire non aussi, si un collègue essaie de vous refiler un dossier, ou si un proche vous demande de l’aide alors que vous aviez prévu autre chose – dont prendre du temps pour vous.

Prenez rendez-vous avec vous-même.

Dans votre agenda, fixez-vous un rendez-vous non-négociable. Cela implique de le programmer au bon moment et de vous y tenir en comprenant que ce rendez-vous est essentiel, qu’il s’agisse de passer un moment avec des amis, de faire une balade ou de rester dans votre lit en pyjama… “Nous sommes souvent pris entre notre temps contraint, le temps des autres (temps social, du travail) et notre temps personnel, relève le Dr Michel Delage, psychiatre. Cela devient problématique quand nous sommes esclaves du temps extérieur, qui nous est imposé. Prendre du temps pour soi est nécessaire à l’équilibre, la réflexion, l’esprit.”

Déléguez !

Voyez si vous pouvez bénéficier d’aides, titres-service par exemple, pour vous décharger de certaines tâches : le ménage, ou la garde ponctuelle des enfants… À la maison, inculquez à vos enfants que les tâches ménagères font partie de la vie familiale, de leur quotidien. Avec beaucoup de patience, et un peu d’imagination pour rendre cela ludique, vous pouvez apprendre à un enfant de 2 ou 3 ans à ranger ses jouets, à mettre la table, et débarrasser : cela le valorise et renforce sa confiance en lui. Même chose pour le conjoint : proposez-lui de choisir ses tâches de la semaine, puis peu à peu approchez-vous d’un partage plus équitable. Autant de temps libéré pour vous.

Utilisez les temps perdus.

L’idée est de se décharger des petites tâches qui peuvent se faire sans grande concentration. Dans la salle d’attente du médecin, dans les transports en commun, profitez-en pour envoyer un message d’anniversaire, télécharger l’attestation d’assurance, répondre rapidement aux mails qui n’attendent pas de réponse élaborée, classer vos photos dans votre téléphone, ou prendre rendez-vous chez le dentiste.

Le conseil de l’expert

"Profitez pleinement de ce temps-là, sans culpabiliser"

Il est important de prendre conscience que le temps pour soi est un besoin physiologique au même titre que le besoin de s’alimenter et de dormir. Acceptez que tout ne soit pas parfait et que tout ne se passe pas comme prévu. Ce n’est pas grave si votre logement n’est pas parfaitement rangé, ou ces papiers classés de telle façon. Penser à soi, ce n’est pas quand on a fait le reste, c’est prioritaire !