Trop de pollution lumineuse !

L’exposition à la lumière artificielle, en particulier la nuit, perturbe plusieurs mécanismes naturels.

C. E.
Little,Girl,In,Bed,Under,A,Blanket,Looking,At,The
©Shutterstock

C’est l’Académie nationale de médecine française qui vient de rappeler les risques liés aux l’excès d’exposition à la lumière artificielle. Deux phénomènes peuvent se présenter en particulier.

Endommager la rétine. La nuit, les photorécepteurs de la rétine se régénèrent et, pour cela, ils ont besoin de rester dans l’obscurité. Les exposer à une lumière forte, comme la lumière bleue des LED, augmente le risque de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).

Dérégler son horloge interne. La lumière bleue émise par les écrans (smartphone, tablette…) bloque la mélatonine, hormone qui permet à l'organisme de se synchroniser sur un rythme jour/nuit et veille/sommeil. Quand ce mécanisme est perturbé, il y a un risque de troubles du sommeil et de l'humeur ; et même de cancer du sein chez les femmes qui travaillent de nuit.

Les principales recommandations… Favoriser les ampoules à lumière jaune et chaude pour l'éclairage domestique. Pas d'écrans après 21 heures, surtout chez les enfants et les ados. Réglementer davantage l'éclairage nocturne (publicités, devantures, phares…).