5 conseils pour se protéger des pollens : un belge sur six a le rhume des foins !

Le nez qui coule, les yeux qui piquent, la peau qui gratte... Avec l'arrivée du printemps, le système immunitaire des personnes allergiques s'affole. Et les rhinites conjonctivites, l'asthme ou encore l'eczéma atteignent environ 1 belge sur 6. Comment traverser cette période pénible et handicapante ?

allergologue qui présente des allergies saisonnières
©Shutterstock

Nos conseils pour soulager les symptômes de l'allergie aux pollens

La première vague de pollens de graminées est en cours ! voici les cinq conseils pour s'en protéger et éviter les complications.

  • Se laver le nez et les yeux une fois par jour : pour décrocher les allergènes qui se sont glissés dans la muqueuse nasale, des pulvérisations d'eau de mer sont conseillées tous les jours pour bien se nettoyer le nez. La tête penchée légèrement tournée sur le côté, on pulvérise dans la narine du bas. On ferme l'autre narine, on fait le va-et-vient avec l'eau dans la narine pour éliminer les allergènes. Même recommandation pour les yeux. Tous les soirs, le rinçage se fait avec du sérum physiologique.
  • Se laver les cheveux et la peau le soir : rien ne sert de se laver le nez et les yeux, si on ajoute pas un bon shampooing. Se laver les cheveux le soir évite de déposer les pollens sur l'oreiller ou le canapé et de les faire rentrer en contact avec les yeux et la bouche. La peau demande du soin également. Les spécialistes invitent à appliquer des émollients très simples, dont la propriété est d'amollir et de détendre les tissus, du type paraffine pour renforcer notre barrière naturelle qui nous protège du monde extérieur.
  • Aérer son domicile : l'erreur consiste à fermer les fenêtres. Le tout est de bien choisir le moment pour aérer son habitation. De préférence le matin tôt, entre 7 heures et 9 heures, et en fin de journée, après 17 heures. En cas de pic pollinique, il est en revanche conseillé de rester chez soi et de fermer les fenêtres.
  • Fermer les vitres en voiture : bouleau, platane, cyprès, les pollens des arbres s'invitent aussi dans les espaces clos comme les véhicules. Dans les zones à risque, pensez à fermer les vitres de votre véhicule. Il est possible de consulter, sur le site Airallergy - le réseau belge de surveillance aérobiologique -, le taux de pollen dans certaines grandes villes belges : Baudour, Bruxelles, Tournai, etc. Cette information sera particulièrement utile pour les adeptes de footing et de balades à la campagne.
  • Se faire désensibiliser dans certains cas : si au bout de deux ans de médicaments traditionnels - antihistaminiques classiques et certains corticoïdes - et si le pollen en cause est bien identifié, les professionnels de santé pourront orienter vers une désensibilisation, efficace dans 60 à 70% des cas, selon les allergologues.

Rhume des foins : quels symptômes ?

Écoulement nasal ou nez bouché, éternuements ou toux, démangeaisons au niveau des muqueuses (les yeux, mais aussi le palais ou les oreilles), etc. sont autant de désagréments que ressent la personne allergique lors de la saison des pollens.

Herbacées, arbres, spores : quelles plantes sont les plus allergisantes ?

Si les pollens de bouleau et de graminées sont les plus allergisants, les pollens de noisetier, d'aulne, de frêne, de chêne et d'armoise peuvent également provoquer de belles réactions allergiques. Au niveau des spores, le cladosporium et l'alternaria sont également des allergènes dont le pouvoir allergisant est moyen. Dans une moindre mesure, les pollens de charme, de platane, d'hêtre, de châtaigner, d'oseille et de plantain peuvent également provoquer une rhinite allergique saisonnière.

>> Le saviez-vous ? Le pollen pourrait augmenter les chances d'attraper le coronavirus !

>> Apprenez-en plus grâce à notre article qui reprend les instructions de Sciensano quant aux allergies

>> Retrouvez le calendrier pollinique et fongique sur Sciensano

Sur le même sujet