Certains n'osent pas consulter, par crainte ou à cause des stéréotypes. Décryptage et conseils de Jérémy Royaux, psychothérapeute.

« Tu n’irais pas consulter ? ». Après un divorce, un décès ou tout évènement traumatique, nombreux sont ceux qui conseillent à leurs proches d’aller chez un psy. Et pourtant, cette option n’est pas toujours choisie par peur, par manque de connaissance ou à cause des préjugés. « Certaines personnes ne sont pas encore prêtes à changer. Se dévoiler, parler de son ressenti, travailler sur son problème et fixer des objectifs, ça demande un investissement important et tout le monde n'est pas encore prêt à cela. D'autres ont en tête certains stéréotypes sur la psychothérapie. Ils pensent par exemple que celle-ci s'adresse aux cas psychiatriques... C'est faux, la majorité de nos patients ne souffrent d'aucune pathologie psychiatrique», explique Jérémy Royaux, psychothérapeute.

D’autres clichés ont la vie dure : il est fini le temps où le client, allongé sur un divan, raconte sa vie à un médecin taciturne, installé derrière lui. « Certains personnes pensent que les thérapies sont toujours longues et fastidieuses, ce qui est fort éloigné de la réalité. De nombreuses thérapies sont maintenant de courte durée (moins de 15 séances), basées notamment sur la recherche en psychologie et en neurosciences. Elles permettent de travailler efficacement sur toute une série de difficultés allant de la dépression aux phobies, en passant par l'anxiété. On trouve également des thérapeutes plus spécialisés qui proposent des thérapies de couple, de la sexologie ou encore du soutien lors d'un sevrage. Le psychothérapeute peut également apporter une aide rapide et concrète pour des difficultés relationnelles, apprendre à mieux communiquer ou encore découvrir une méthode de relaxation», continue-t-il.

En fonction de la situation ou du problème à traiter, il faut parfois essayer plusieurs spécialistes avant de choisir celui qui nous correspond le mieux. « Il vaut mieux commencer la thérapie en précisant clairement ce que l’on vient chercher et en demandant ce que le thérapeute peut proposer par rapport à cette problématique. Chaque courant a ses spécificités, il peut être utile de vous renseigner un minimum sur les différents courants avant de faire un choix car le type de courant déterminera le type de thérapie proposée. Les grands courants actuels sont la psychanalyse, la thérapie systémique, la thérapie cognitivo-comportementale et la thérapie humaniste », conseille M. Royaux.

La psychanalyse est une méthode d'investigation psychologique mise au point par Freud visant à élucider la signification inconsciente des comportements. La thérapie systémique « vise à comprendre la souffrance en la plaçant dans le système auquel appartient le patient et dans lequel il évolue : couple, famille, ou autre. »¹ La thérapie cognitivo-comportementale « est une thérapie brève, validée scientifiquement, qui vise à remplacer les idées négatives et les comportements inadaptés par des pensées et des réactions en adéquation avec la réalité ». ² La psychothérapie humaniste ou existentielle « est centrée sur le présent et mise sur la capacité de la personne de comprendre ses difficultés, trouver ses propres solutions et apporter les changements adaptés . »³

Avant de perdre son temps (et surtout son argent), il faut écarter les charlatans : « Evitez les gens qui n'ont aucun diplôme médical ou paramédical. De nombreux thérapeutes se sont formés à une technique de thérapie sans apprendre les bases de la psychologie. Le diplôme ne garantit pas la compétence du thérapeute mais garantit au moins une bonne connaissance de la psychologie », commente notre psy.

Et enfin, n’attendez pas que votre problème s’aggrave avant de franchir le pas. «Trop souvent, nos patients attendent d'être au plus mal pour venir nous voir, ce qui rend la thérapie plus difficile. Certains problèmes peuvent être assez vite résolus quand les gens consultent à temps », conclut Jérémy Royaux.

Voici quelques sites pour trouver un psy : www.lepsychologue.be , www.psy.be, www.psychologue-belgique.be, www.compsy.be

¹ Définition donnée par www.lepsychologue.be

² Définition donnée par www.psycom.org

³ Définition donnée par www.psychomedia.qc.ca