Qui n’a jamais rêvé de flirter avec un bel inconnu, un ami d’enfance ou une star ? Est-ce prémonitoire ou le fruit de notre imagination ? Malgré l’abondance d’informations sur la sexualité, certains sujets restent encore à éclaircir. Albine Quisenaire, psychologue et sexologue nous apporte son analyse.

Tout d’abord, pourquoi rêvons-nous ? « Les rêves relèvent d’une mécanique psychique inconsciente que tout le monde vit. Ils peuvent être totalement imaginaires ou se référer à des faits, des désirs qui nous ont marqués à un moment donné dans notre vie, notre journée,… Toutefois, nous n’en sommes pas conscients mais les rêves ont différentes fonctions. Une fonction libératrice afin de se défaire de certaines tensions emmagasinées dans la journée ou une fonction psychanalytique où le subconscient fait revivre des fantasmes et désirs cachés sous forme de rêverie. Tout ce qui n’est pas possible le jour est possible la nuit grâce aux rêves. »

Les nuits de Marina, 52 ans, sont peuplées de fantasmes : « il m’arrive souvent de rêver d’infidélité. Je me vois me balader aux bras de mon voisin d’enfance, Thomas, de 4 ans mon aîné. Je me vois tromper mon mari et ressentir du plaisir, de l’amour, avoir envie que cela ne s’arrête pas, être bien auprès de lui, comme avec mon mari. Pourtant, je suis mariée depuis 30 ans et c’était un vrai mariage d’amour. Je me pose beaucoup de questions à ce sujet : pourquoi lui ? Pourquoi le tromper alors que tout va bien ? Suis-je passée à côté de l’amour de ma vie ? » Toutefois, rêver d’infidélité, est-ce vraiment tromper l’autre ? Doit-on s’interroger sur son couple ou le remettre en question ?

Pour notre spécialiste, rêver d’infidélité n’est pas tromper car les rêves sont le fruit du subconscient. Ils ne doivent pas remettre en question la vie d’un couple car un rêve n’est pas synonyme de problème conjugal. « On peut très bien avoir des rêves sexuels lorsqu’on est satisfaite de son couple et inversement. Sans se l’avouer, nous avons tous des désirs cachés auxquels on est confronté un moment donné. Mais, bien qu’il soit imaginé, cela n’a rien à voir avec le passage à l’acte dans la réalité.»

Malgré cela, certaines femmes éprouvent beaucoup de culpabilité au réveil. Flora, 23ans et en couple depuis 5 ans, explique : « Nous vivons un amour passionnel et tout va pour le mieux. Mais de temps en temps, je rêve de le tromper avec son meilleur ami. J’ai beaucoup de mal à comprendre car en réalité, on se côtoie un peu par obligation. Nous n’avons aucune affinité. Au réveil, je culpabilise beaucoup. »

Cette culpabilité, Albine Quisenaire l’explique par nos idées reçues et notre culture judéo-chrétienne. Selon elle, la plupart des femmes ont une représentation du couple classique et utopique suite au mythe du prince charmant, de l’âme sœur bien ancrée dans notre société. « Rêver que l’on fait l’amour avec le meilleur ami de son mari, son patron ou un inconnu soulève beaucoup de culpabilité au réveil. Pour autant, l’infidélité et les rêves sont deux choses complètement séparées. Le subconscient est incontrôlable, on a le droit de les vivre sans culpabilité. »

Au lendemain d’une romance rêvée, nous pouvons donc partager un petit déjeuner les yeux dans les yeux avec notre partenaire… en toute liberté, et sans culpabilité !