Il n'y a pas de formule magique, pour trouver l'amour, entend-on souvent. Pour Hannah Fry, mathématicienne à l'University College de Londres et auteure du livre « Les mathématiques de l'amour », oui !

Voici sa première théorie intitulée "The Optimal Stopping Period theory" :

Il faut attendre que passe le premier tiers de sa "vie amoureuse" (37 % exactement) pour trouver LE bon. C'est à dire : si votre vie amoureuse commence à 15 ans et que vous envisagez de vous installer en couple vers 35 ans, ne croyez pas que les rencontres effectuées entre 15 et 22 ans dureront toute la vie... "Une théorie risquée", concède l'auteure, mais "efficace". Encore faut-il savoir avec cette théorie quand la "vie amoureuse" ("dating life" selon les mots de l'auteure) commence et surtout quand vous souhaitez qu'elle soit stabilisée.

La magicienne de l'amour livre aussi d'autre conseils comme mettre en valeur ses défauts sur des photos de profil pour faire la différence. Selon des études réalisées sur les sites de rencontre, les personnes qui ont le plus de succès ne sont pas spécialement les plus "attirantes" selon des normes universelles mais celles qui se démarquent, notamment par leurs petits défauts.Ou encore s'entourer d'amis moins beaux, pour provoquer un effet de contraste. Elle appelle cette technique la "Discreet Choice Theory". Mathématique, peut-être, bizarre, à coup sûr.