Bien-être

Cette pratique intime qui consiste à se donner du plaisir en solitaire peut faire partie d'une sexualité de couple épanouissante.


Prologue qui a son importance : Tous les psychologues vous le diront mais laissons la parole à la sexothérapeute Laura Beltran : « La sexualité est plus large que le rapport sexuel dans le couple, elle englobe la masturbation, les rêves érotiques, la sensualité, explique-t-elle. Se masturber ne signifie pas tromper l’autre. » Une limite cependant : la masturbation ne doit juste pas remplacer les rapports sexuels en couple...

Ceci étant dit, notons quand même que la culture judéo-chrétienne et la forte culpabilisation des comportements sexuels édictés comme "déviants" marquent encore de leur empreinte le rapport des femmes et des hommes à l'onanisme. Pourtant, cela peut clairement aider à un épanouissement de la personne seule et ce faisant profiter au couple. 


On s'explique.


  • L'auto-érotisme, qui est un acte complètement inoffensif (malgré ce que sous-entend diverses expressions), permet de mieux connaître son corps. Et donc de se laisser davantage aller à la recherche de son plaisir dans un acte en duo et de mieux guider son partenaire vers ce qui propvoque du plaisir.
    On est plus actif et cela profite aux deux.


  • L'onanisme est un geste intime que l'on n'est pas obligé de partager avec son partenaire. Ne pas en parler ne signifie pas en avoir honte mais simplement avoir un jardin secret. Si l'autre vient à en parler, à vous de sentir jusqu'à quel point vous avez envie de vous livrer. L'idée c'est de ne pas museler cette liberté qui vous appartient et de continuer à vous sentir libre de vous faire plaisir en solitaire, sans que l'image de l'autre interfère ou un sentiment de culpabilité ne s'installe.


  • De même, laisser à son partenaire son espace privé et intime permet également de ne pas se positionner comme ayant un rôle (positif ou négatif) dans l'auto-plaisir de l'autre. Et donc de ne pas se poser de questions "existentielles" ("Est-ce à cause de moi ?" etc.) qui n'ont finalement pas lieu d'être.


  • En solo, la masturbation permet donc de mieux se connaître mais aussi de vivre une sexualité différente où le fantasme et l'imagination ont toutes leurs places, sans regard extérieur. C'est aussi une façon de prendre confiance en son corps. Sans le poids des normes sociales.


  • Ce faisant, la masturbation en solo a un fort potentiel excitatoire. En se replongeant dans son monde personnel fantasmatique, en faisant appel à des sensations ressenties en étant seul(e) une fois en couple, on peut raviver une flamme parfois... faiblarde.


  • L'onanisme a également un rôle d'exutoire quand la possibilité d'une frustration peut apparaître dans un couple : quand la femme n'atteint jamais l'orgasme en couple ou quand l'homme n'arrive pas à dompter des éjaculations prématurées.


  • Et en couple ? "Il est faux de dire qu’on se masturbe ensemble. On se donne soi-même du plaisir. La masturbation est une pratique auto-érotique", explique le Dr Ghislaine Paris, médecin-sexologue au magazine Top Santé. On parlera alors de jeu érotique durant lequel les partenaires se masturbent mutuellement. Moins fréquent mais très excitant : l'un des deux partenaires se donne du plaisir devant l'autre. Le mot d'ordre pour cela : confiance et lâcher prise, ce qui aide à créer une grande intimité dans le couple.


En conclusion : on ne "doit" pas nécessairement se donner du plaisir en solitaire pour avoir une sexualité de couple épanouie. mais si l'on en ressent le besoin, on n'hésite pas une minute !