Love & Sex Le Musée Mode et Dentelle de Bruxelles met à l’honneur le dos, cette partie à la fois fragile mais tellement sensuelle.

"Dévoiler son dos implique un jeu psychologique subtil, entre séduction et soumission. La robe dos nu révèle une part d’intimité sur laquelle on n’a ni prise ni contrôle." Ces quelques phrases sont à lire au détour d’une pièce sombre du Musée Mode et Dentelle de Bruxelles pour l’exposition "Back Side - Fashion from Behind". Les pièces du musée se suivent, sont noires, du sol jusqu’au plafond, mais ne se ressemblent pas. Chacune d’elle présente des vêtements. Entre robes, vestes ou blouses, pour homme ou pour femme, un point commun les relie : le dos.

"Back Side - Fashion from Behind" cherche à interroger la perception que tout un chacun à de son dos et celui des autres. "Si on prend l’exemple du dos nu, on dévoile la partie la plus fragile du corps, la colonne vertébrale. En dévoilant son dos, la femme joue un jeu de séduction/soumission. Il y a un jeu de sensualité et de fragilité", aime expliquer Alexandre Samson, historien de la mode et commissaire de l’exposition. Sensualité, intrigue, mais jamais vulgaire. "Il y a une absence de vulgarité parce que le dos est la seule partie du corps à ne pas avoir de caractère sexuel. Il est asexué. Nous jouons vraiment un jeu avec le dos", poursuit-il.

(...)