On l’entend tellement que le mot devient presque vide. Et pourtant, on court tous après le bonheur ! Notre chroniqueuse Julie Arcoulin, coach en développement personnel, s'est penchée sur ce sujet sans fin pour voir de plus près ce que le bonheur peut pour nous et ce que nous pouvons pour lui aussi.


« Le bonheur est un choix conscient, qui se travaille. C’est un muscle à entraîner au quotidien pour qu’il se développe durablement. Le bonheur n’est ni un miracle, ni de la chance, il est dû à une décision consciente et à un choix délibéré de faire du bonheur un engagement de tous les jours. » Cette phrase, coécrite avec ma collègue et amie Nathalie Vancraeynest, m’a donné envie d’aller voir d’un peu plus près et plus profondément ce que c’était que le bonheur. Ce concept, ce mot, cette expression qu’on nous sert à toutes les sauces pour le moment.

On l’entend tellement que le mot devient presque vide. Mais à la fois, il nous donne un sentiment d’inaccessibilité. Le bonheur n’est pas palpable, il ne se met pas sur une table, on ne s’habille pas avec (quoique), on ne le met pas dans son sac le matin. Le bonheur est abstrait, invisible, c’est une promesse de vie heureuse, c’est une carotte que l’on agite devant soi pour continuer à avancer en espérant un jour l’attraper, c’est tout au plus une sensation vous dites-vous. Voyons, ce que le bonheur peut pour nous et ce que nous pouvons pour lui. Considérons le bonheur comme une personne réelle, un objet, une source d’énergie. Matérialisons-le, donnons lui de la consistance pour qu’il devienne de plus en plus réel.


C’est quoi le bonheur?

© Extrait de "La Guerre est déclarée"

En voilà une bonne question. Après avoir parcouru et lu plusieurs ouvrages sur le sujet, la définition n’est toujours pas très claire. Mais je dirais que ce qui ressort le plus, c’est que le bonheur est subjectif. Eh oui ! Chacun a sa définition du bonheur, chacun a besoin de choses différentes pour être heureux.


Cependant, des études scientifiques montrent qu’il y a certains facteurs communs au bonheur. Par exemple, des chercheurs ont étudié les variations du seuil de bonheur sur des personnes ayant gagné à la loterie. Il s’avère que ces personnes ressentent un pic de bonheur au moment du gain, que ce pic peut durer un temps, mais qu’après une certaine période, les mêmes gagnants se retrouvent au seuil de bonheur où ils étaient avant leur gain.


Le même genre d’étude a été menée sur des personnes ayant subi un accident grave qui a entraîné des conséquences définitives sur leur corps (paralysie). De la même façon, mais dans le sens inverse, ces personnes ont connu un pic descendant de leur seuil de bonheur, qui a duré un certain temps, mais qui remonte pour revenir au niveau auquel ils évaluaient leur bonheur avant l’accident.


Finalement, que nous disent ces expériences ? Tout simplement, que le bonheur, le vrai, celui que l’on ressent au fond de soi, qui nous accompagne partout et dans toutes circonstances, ne dépend pas de l’extérieur. Le bonheur ne dépend pas du nombre de zéros sur votre compte en banque, ni de tout ce que vous avez ou n’avez pas. Le bonheur est un état d’esprit et dépend de ce que vous êtes, du regard que vous portez sur les choses et pas de ce qui se passe à l’extérieur de vous.


Mettre son bonheur dans les mains du monde extérieur est une très bonne façon de remettre son bonheur à demain, voire à jamais. A ce demain où vous aurez plus d’argent, plus de temps, moins de tracas, moins de responsabilités,… Sénèque disait « Pendant qu’on attend de vivre, la vie passe. » Et c’est tout à fait l’idée. Pendant qu’on remet notre bonheur dans les mains de ce demain qui semble être plus serein, le bonheur passe et on ne l’attrape jamais.


Comment faire du bonheur une discipline quotidienne?

© Extrait des "Emotifs anonymes"


Changez votre regard sur les choses

Si vous êtes du genre à voir toujours le verre à moitié vide, il est temps de changer de lunettes ! À force d’être focalisé sur le négatif, sur ce qui ne se passe pas bien dans votre vie, sur les soucis, le mauvais temps, votre enquiquineur de voisin, votre conjoint(e) qui ne comprend rien à vos attentes, votre collègue inefficace et votre belle-mère envahissante, vous ne voyez même pas tout ce que la vie a de positif ! Chaque jour, portez votre attention sur les petites choses positives qui vous arrivent.

>> Forcez-vous ! Au départ, ce sera peut-être difficile car vous n’avez pas l’habitude, mais à force votre attention se portera automatiquement sur le positif.


Balayez les idées reçues

Le bonheur n’est pas quelque chose que l’on atteint. Le bonheur est là, à votre portée. Le niveau de bonheur peut varier de manière éphémère. Ne croyez pas qu’une fois qu’on est heureux, plus rien ne peut influencer cet état. Les coups durs, les ennuis, les déceptions, les émotions négatives font partie de la vie. Cela ne veut pas dire pour autant que tout votre bonheur est remis en question. Tout dépend de votre manière de réagir et de ce sur quoi vous décidez de porter votre attention.


N’attendez plus

Si vous attendez d’avoir tout réglé de votre passé, de déménager dans une nouvelle maison, de rencontrer l’amour, de faire ce voyage dont vous rêvez et/ou de changer de boulot pour être heureux, vous allez encore attendre longtemps. Les projets, les choses que l’on veut voir changer dans nos vies sont souvent de belles excuses pour attendre d’être heureux. L’un n’empêche pas l’autre. Le bonheur c’est maintenant… Alors, qu’allez-vous faire dès aujourd’hui pour être un peu plus heureux ?


Suivez moi sur Facebook

Infos sur l’atelier « Le bonheur, ça s’apprend ! »


© DR