Depuis la naissance de bébé, vous n’avez plus pris de temps pour vous… Et si c’était justement le moment de vous accorder une bulle d’oxygène pour lutter contre la fatigue et le stress ? S'octroyer ponctuellement une pause-café en terrasse, un cours de danse le soir ou une demi-journée de farniente hebdomadaire... Peu importe la formule qui vous convient, l'important, c'est de s'y mettre ! Voici nos trucs et astuces pour trouver l'organisation et le rythme de croisière qui vous conviennent.

Que vous rentriez du travail à 19h30 tous les soirs, que vous soyez maman à temps plein ou à temps partiel, sachez que prendre du temps pour vous est essentiel pour respirer, dire « stop » à votre rythme de folie mais aussi vous exprimer et dire ce que vous avez sur le cœur. Le temps pour soi peut se décliner de multiples manières dans notre quotidien… et dans notre agenda ! Un trajet à vélo pour aller au bureau de poste, un coup de fil à sa meilleure amie, une pause jardinage ou encore un massage du visage sont différentes formules qui peuvent vous apporter un peu de bien-être dans votre vie (surchargée !) de tous les jours.

Compliqué à concilier avec une vie de super maman ou de working girl nous direz-vous ? Non vous répondra-t-on car, plus vous vous sentez submergée, au bord de l’asphyxie, plus ce temps centré sur votre bien-être est urgent à prendre. Car dites-vous bien que si vous ne vous arrêtez pas pour casser cette routine infernale, personne ne le fera à votre place ! Voici la marche à suivre pour passer en mode « slow » sans attendre.

Cernez vos besoins. Avant toute chose, vous devez vous demander : « de quoi ai-je besoin pour me reconnecter à moi-même ? » Pour y répondre, vous pouvez bien évidemment y réfléchir seule mais aussi en parler avec votre compagnon ou un(e) ami(e). Votre besoin peut être d’ordre social, artistique, sportif, culturel… A vous de déterminer ce qu’il vous manque aujourd’hui dans votre vie pour être pleinement heureuse et épanouie. Est-ce un ciné puis un resto entre copines le samedi soir ? Un cours de danse le mercredi après-midi ? Une session coiffeur-shopping en solitaire le samedi matin ? Une journée mensuelle pour ne rien faire et ce sans en avoir honte ? Une fois ce paramètre affiné, penchez-vous sur la durée. Cette parenthèse pour vous doit-elle durer 2h, 4h, voire une journée ? Et à quelle fréquence doit-elle revenir dans votre calendrier.

Exprimez vos attentes. Une fois toutes ces informations clarifiées, vous devez en premier lieu en parler avec votre mari, car il devra éventuellement revoir son organisation un jour précis de la semaine, ou prendre le relais à la maison lorsque vous vous absenterez. Informez-en aussi vos enfants pour qu’ils ne soient pas surpris de ne pas vous voir chaque mercredi soir si c’est le créneau que vous avez choisi pour vous évader. Quoi qu’il en soit, ne culpabilisez pas et tenez bon ! Car, en effet, il ne s’agit pas d’annuler ce rendez-vous avec vous-même dès la première contrariété venue…

© REPORTERS


Stop à la culpabilité ! Une fois vos rendez-vous avec vous-même notés dans votre agenda, sachez profiter de ce nouvel espace de liberté qui s’offre à vous ! Beaucoup de femmes culpabilisent de prendre du temps pour elles et n’arrivent pas à savourer ces instants une fois le moment venu. S’il est déjà difficile de trouver du temps pour soi, le plus dur reste visiblement de s’autoriser à s’accorder la permission de ralentir, de s’écouter (parce que oui, vous y avez droit !). Ne vous en faites pas : vos enfants ne vous en voudront jamais de vous reposer, d’assouvir votre passion ou d’avoir du plaisir dans des activités où ils sont absents. De votre côté, dites-vous bien que le rôle d’une maman n’est pas de dépenser toute son énergie à s’occuper de ses enfants, mais bien de leur laisser suffisamment de marge pour mener leurs propres expériences.

Un maître-mot : l’organisation. Une journée ne durant « que » 24h, il va falloir faire quelques concessions si vous désirez vraiment vous occuper de vous. Ces limites et choix peuvent prendre différentes formes. Cela peut aller du fait de poser des limites dans le cadre de votre travail (ex : vous interdire de ramener des dossiers à la maison), au fait de déléguer la corvée de lave-vaisselle à votre aîné ou encore de confier à votre mari d’aller chercher la petite dernière à la danse le samedi matin. Même les tout petits peuvent mettre la main à la pâte en rangeant leurs jouets, débarrasser la table, etc. Pour clarifier la situation, établissez un planning hebdomadaire où chacun s’occupe d’une tâche ménagère quotidienne. Autres alternatives envisageables : solliciter votre entourage, une femme de ménage ou encore une nounou le soir après l’école.

Ne visez pas la perfection. Accepter de ne pas être une maman parfaite (personne n’est irréprochable après tout !) et revoir vos exigences à la baisse sont deux étapes indispensables pour vous accomplir personnellement et (re)trouver la sérénité. Dites-vous que ce n’est pas un drame si les vêtements de vos bambins ne sont pas repassés ou s’ils mangent parfois des légumes surgelés. Vous faites de votre mieux et c’est déjà très bien. La rentrée scolaire est aussi l’occasion parfaite pour alléger le planning de vos chères têtes blondes qui n’ont peut-être pas la nécessité de faire du yoga, de la flûte traversière et du tennis. Comme nous, les enfants ont besoin de plages pour s’ennuyer, rêver, imaginer !

Osez dire « non ». Lucas meurt d’envie de se mettre à l’équitation mais le poney club est à 30 minutes de votre domicile ? Manon vous réclame à tue-tête une virée au centre-commercial pour acquérir de nouvelles baskets, comme celles de sa copine Cynthia, alors que vous êtes sur les genoux ? Plutôt qu’un timide « oui », résistez et expliquez à vos enfants en quoi ces demandes sont malvenues, voire inappropriées. Plutôt que de courir à droite-à gauche pour satisfaire leurs demandes, vous allez pouvoir mettre à profit ce temps économisé pour vous relaxer !

© REPORTERS


Cinq minutes par jour. S’il suffit parfois de ralentir un tout petit peu le tempo pour ne plus avoir la sensation permanente de courir dans tous les sens, s’octroyer cinq minutes de silence par jour peut être extrêmement bénéfique. A l’heure où nous saturons d’informations mais aussi de bruits en tout genre, renouer avec le silence permet de dépolluer son esprit et de retrouver toute sa capacité d’attention. Durant ces cinq minutes, ne vous fixez aucun objectif, si ce n’est celui d’être conscient de vos sensations corporelles, de donner un peu de répit à votre esprit et de savourer ce silence complet.

Maman mais femme avant tout. C’est désormais prouvé : plus on prend le temps de s’épanouir personnellement, et plus les autres profitent des bienfaits de ces mini-parenthèses ! Mieux dans sa tête, plus reposée, plus en phase avec soi-même, ses envies et ses propres valeurs… Se mettre ponctuellement en mode « slow » vous rendra plus disponible pour votre entourage, y compris pour vos enfants. Un win-win qui n’a pas de prix. Vous l’aurez donc compris : votre nouvelle priorité de cette rentrée, c’est vous !


Sources :